Jeunes et médias – le portail d’information consacré à la promotion des compétences numériques

Nous aidons les parents et les professionnels à accompagner les jeunes de manière compétente dans leur usage des médias - afin que les enfants et les jeunes utilisent les médias numériques de manière sûre et responsable.
 

A propos de nous

Qu'est-ce qui a occupé l'équipe de Jeunesse et Médias 2023 ? Que prévoyons-nous pour l'année à venir ? C'est ce que nous avons résumé ici pour vous.

Plus

Depuis les attaques terroristes du Hamas contre Israël et la réaction de l'armée israélienne dans la bande de Gaza, les agressions contre les personnes juives…

Plus

La question du premier smartphone se pose tôt ou tard dans toutes les familles. Mais quel est le bon moment pour sauter le pas ?
Quelles conditions mon enfant…

Plus

En septembre 2022, le Parlement a adopté la nouvelle loi fédérale sur la protection des mineurs dans les secteurs du film et du jeu vidéo (LPMFJ). Cette loi…

Plus

Lisez notre blog

| Bettina Bichsel

La vidéo est-elle authentique ? Ou s’agit-il d’un fake ? Il n’est souvent pas simple de répondre à cette question : les logiciels d’intelligence artificielle…

| Bettina Bichsel

Sur TikTok et Instagram, certains influenceurs se glorifient comme des mâles sigma, sûrs d’eux, indépendants et ayant du succès. Mais ce qu’ils transmettent…

| Bettina Bichsel

Jouer aux jeux vidéo est une activité très répandue. Ce qui est moins connu, c’est qu’en Suisse aussi, on conçoit et produit des jeux vidéo. Une développeuse…

| Bettina Bichsel

Peut-on vraiment faire la fête, se régaler, déballer des cadeaux ? S’amuser, se réjouir et trinquer à la nouvelle année ? Oui, justement dans des temps comme…

Suivez-nous sur Instagram

[Lien avec l'intégralité de l'article de Valérie Josselin, pour @psychologies_ dans notre bio]

[Résumé de l'article]...

[Lien avec l'intégralité de l'article de Valérie Josselin, pour @psychologies_ dans notre bio] [Résumé de l'article] Historiquement sous-estimée, la violence entre élèves est aujourd'hui exacerbée par les réseaux sociaux. Le harcèlement, complexe, est le résultat d'un mélange de facteurs individuels et contextuels, sans profil type pour les victimes. Il se manifeste à travers des changements comportementaux chez l'enfant, qui souvent garde le silence par peur ou pour ne pas inquiéter ses parents. Pour soutenir un enfant victime, il est essentiel d'être attentif à son comportement, d'encourager la communication, de le déculpabiliser et de travailler ensemble à des solutions, tout en évitant d'intervenir de manière contre-productive. L'implication dans l'école et la connaissance des recours légaux sont essentiels. Par ailleurs, le cyberharcèlement, se distinguant par son anonymat et sa permanence, nécessite une approche prudente pour ne pas priver l'enfant de l'accès aux réseaux sociaux, tout en le sensibilisant aux pratiques responsables. Quant aux enfants harceleurs, la découverte de leur comportement peut être choquante pour les parents, mais il est important de ne pas le vivre comme une accusation. Dialoguer avec l'école, responsabiliser l'enfant, et encourager des actions de réparation sont des étapes clés. Finalement, les témoins de harcèlement, jouant un rôle crucial, doivent être encouragés à agir de manière sécurisée et à communiquer, renforçant ainsi leur empathie et leur compréhension des dynamiques de groupe. L'éducation et la collaboration école-famille sont présentées comme des leviers essentiels pour combattre efficacement le fléau du harcèlement, avec un appel à une action collective impliquant parents, éducateurs et élèves. #harcelementscolaire #preventionharcelement #sororité #nonaucyberharcelement #educationbienveillante #parentaliteconsciente #sécuritéscolaire #dialogueparentsenfants #luttecontreleharcelement

[Lien avec l'intégralité du communiqué et le rapport, dans notre bio]

[Extrait] La Commission européenne et les...

[Lien avec l'intégralité du communiqué et le rapport, dans notre bio] [Extrait] La Commission européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs de 22 États membres, de la Norvège et de l'Islande ont publié les résultats d'une analyse (opération «coup de balai») de publications d'influenceurs sur les #réseauxsociaux. L'opération «coup de balai» a révélé que la quasi-totalité (97 %) de ces #influenceurs publiait du #contenucommercial, mais qu'un seul sur cinq le présentait systématiquement comme étant de la publicité. L'objectif de l'opération «coup de balai» était de vérifier si les influenceurs signalent leurs activités publicitaires comme l'exige le #droitdelunioneuropéenne en matière de #protectiondesconsommateurs. Points clés: ◾ 97 % ont publié des publications à contenu commercial, mais seulement 20 % ont systématiquement signalé qu'il s'agissait de publicité; ◾ 78 % des influenceurs dont les publications ont été analysées exerçaient une activité commerciale; toutefois, seuls 36 % étaient enregistrés en tant que professionnels au niveau national; ◾ 30 % n'ont fourni aucune coordonnée d'entreprise, telle que l'adresse électronique, la raison sociale, l'adresse postale ou le numéro d'enregistrement, dans leurs publications; ◾ 38 % n'ont pas utilisé les mentions de plateforme qui servent à signaler des contenus commerciaux, tels que le bouton «partenariat payant» sur Instagram; au contraire, ces influenceurs ont opté pour des formulations différentes, telles que «collaboration» (16 %), «partenariat» (15 %) ou une formulation générique grâce à la marque partenaire (11 %,); ◾ 40 % des influenceurs dont les publications ont été analysées ont rendu le signalement visible tout au long de la communication commerciale. 34 % des influenceurs ont rendu le signalement immédiatement visible sans qu'il soit nécessaire de passer par des étapes supplémentaires, comme par exemple en cliquant sur «Lire plus» ou en faisant défiler la page vers le bas; ◾ 40 % des influenceurs ont recommandé leurs propres produits, services ou marques. 60 % 60 % d'entre eux n'ont pas systématiquement, voire pas du tout, divulgué de publicité; #marketingdinfluence

[Lien avec l’intégralité de l'article de Sabrina Habib, pour @theconversation.fr, dans notre bio]

[Résumé de l'article]...

[Lien avec l’intégralité de l'article de Sabrina Habib, pour @theconversation.fr, dans notre bio] [Résumé de l'article] La question de l'impact de l' #intelligenceartificielle (IA) sur la créativité des élèves est au cœur des préoccupations pédagogiques actuelles. Une étude menée par des chercheurs de renom de plusieurs universités a exploré cette problématique en examinant de près comment l'utilisation de ChatGPT, un outil d'IA, influence le processus créatif des étudiants. Les résultats révèlent que si l'IA peut servir d'outil de brainstorming efficace, en générant rapidement des idées qui stimulent l'exploration créative, elle présente également des risques de réduire la capacité de réflexion autonome et la confiance en soi des étudiants. Les participants à l'étude ont largement apprécié l'aide de l'IA pour le brainstorming, notant une augmentation de la diversité et de la précision de leurs idées. Néanmoins, une certaine inquiétude quant à une dépendance excessive à la technologie a été exprimée, soulignant le danger que cela représente pour l'indépendance de la pensée créative. La recherche suggère qu'une approche équilibrée, permettant aux élèves de développer d'abord leur créativité sans assistance numérique, pourrait renforcer leur confiance et leur indépendance avant d'intégrer l'IA comme outil complémentaire dans leur processus créatif. La mise en œuvre de l'IA dans les salles de classe exige une attention particulière aux compétences de définition des problèmes et d'évaluation critique, des aspects du processus créatif qui restent prédominamment humains. Bien que l'IA puisse améliorer la phase de génération d'idées, elle n'est pas encore capable de naviguer dans la complexité de la définition de problèmes ou de l'évaluation fine des solutions. En définitive, cette étude met en lumière le potentiel de l'IA pour enrichir la créativité étudiante tout en appelant à une intégration réfléchie de ces technologies, visant à promouvoir un développement harmonieux entre la créativité humaine et l'avancement technologique. #CréativitéEtIA #ÉducationFuturiste #technologieéducative #ChatGPT #innovationpédagogique #iaetéducation

[Lien avec l’intégralité de l'article de Barbara Fontar, Agnès Grimault-Leprince, Mickaël Le Mentec pour...

[Lien avec l’intégralité de l'article de Barbara Fontar, Agnès Grimault-Leprince, Mickaël Le Mentec pour @theconversation.fr, dans notre bio] ▶ [Résumé de l'article] La régulation des pratiques numériques chez les adolescents représente un enjeu majeur pour les parents, confrontés à l'équilibre entre la supervision et la promotion de l'autonomie de leurs enfants. L'adolescence marque une période où les influences des pairs s'intensifient, orientant les goûts et les comportements des jeunes, notamment à travers l'utilisation des outils numériques. Ces outils, centraux dans les cultures juvéniles, servent de supports de divertissement et de sociabilité, mais soulèvent des préoccupations parentales quant à leur impact sur la réussite scolaire et l'épanouissement personnel. Une étude soutenue par l'État français révèle que la majorité des parents perçoivent les dispositifs numériques comme des distractions potentiellement préjudiciables, bien qu'ils reconnaissent leur importance dans le cadre scolaire. La gestion de ces pratiques numériques se heurte à la difficulté de maintenir un équilibre entre les besoins éducatifs et le désir d'intégration sociale des adolescents, souvent exacerbé par la pression de se conformer aux normes du groupe de pairs. Les stratégies parentales de régulation varient selon leur proximité avec la #culturenumérique et se déploient autour de quatre axes principaux : l'équipement, le temps d'écran, la localisation des appareils et le contrôle des contenus. Si certains parents adoptent des mesures strictes, d'autres privilégient une approche plus flexible, adaptée aux réalités sociales et individuelles de leur famille. Cette régulation est complexifiée par les équipements mobiles, qui limitent la capacité des parents à surveiller l'accès aux contenus potentiellement inappropriés. En somme, la gestion des pratiques numériques adolescentes par les parents est marquée par la recherche d'un équilibre entre la protection, l'éducation et la reconnaissance de l'autonomie croissante de leurs enfants, dans un contexte où les normes sociales et culturelles sont en constante évolution. #enfantsetecrans #parentaliténumerique #pratiquesnumériques