Jeunes et médias - portail d'information consacré à la promotion des compétences médiatiques

Recherche

Nos activités

Jeunes et médias mène ses activités de protection face aux médias et de promotion des compétences numériques depuis 2011, à différents échelons et en collaboration avec l’ensemble des principales parties prenantes acteurs.

La Confédération mène ses activités de protection des jeunes face aux médias et de promotion des compétences numériques dans le cadre de la plateforme Jeunes et médias depuis 2011. L’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) est en charge de cette plateforme. Jeunes et médias agit à la fois sur le plan réglementaire que sur le plan éducatif. La Confédération s’efforce en outre de promouvoir l’échange, la collaboration et la mise en réseau des diverses parties prenantes.

Le volet réglementaire de la protection des enfants et des jeunes face aux médias vise à empêcher l’utilisation abusive des médias, à évaluer le risque potentiel des contenus médiatiques et, si nécessaire, à restreindre leur disponibilité. L’OFAS suit l’évolution des législations nationale et cantonales. Il est également en charge de la nouvelle → loi fédérale qui harmonise à l’échelle du pays le système de classification d’âge et les restrictions en matière d’accès aux films et jeux vidéo.

 

La protection des enfants et des jeunes face aux médias par le biais de l’éducation entend apprendre aux jeunes adultes à utiliser les médias numériques de façon sûre, responsable et adaptée à leur âge. Les parents, le corps enseignant et le personnel d’encadrement doivent pouvoir offrir un accompagnement adapté à ces jeunes. C’est là que Jeunes et médias intervient, avec des mesures dans trois champs d’action.

 

Information et sensibilisation

Plusieurs canaux d’information communiquent sur des thèmes importants et sur les développements ayant trait aux médias numériques. Ces informations s’adressent en premier lieu aux parents, au corps enseignant et au personnel d’encadrement, qui accompagnent activement les enfants et les jeunes. Ces personnes sont ainsi sensibilisées aux chances et aux risques du quotidien numérique des jeunes adultes.

Le site Internet www.jeunesetmedias.ch constitue la pièce maîtresse de cette campagne. D’autres mesures telles que la publication de → newsletters, la communication via → Facebook, → Twitter, → Instagram [LINK] et → YouTube ainsi que les → brochures d’information et les → dépliants gratuits complètent notre offre.

Développement du savoir et des compétences

Le soutien des activités d’organisations et de multiplicateur.rice.s peut revêtir différentes formes : conseil et expertise, participation active ou soutien financier ponctuel. Jeunes et médias cofinance de grandes études nationales qui permettent de mettre en place et de développer une base de connaissances.

Des projets spécifiques sont en outre soutenus dans le cadre des → points forts. Ces projets doivent répondre à des besoins concrets, rencontrés dans la pratique et être limités dans le temps. Pour toute question, information complémentaire ou pour soumettre une demande de soutien, nous vous prions d’écrire à jugendschutz@bsv.admin.ch.

Jeunes et médias s’engage en faveur de l’échange et de la collaboration avec les parties prenantes du domaine de la promotion des compétences numériques afin de renforcer la diffusion des connaissances, l’échange d’expériences et la coordination des activités. Cette collaboration est concrétisée par un groupe de travail réunissant les parties prenantes concernées, → le Forum national Jeunes et médias, → le Réseau de spécialistes en compétences numériques et des groupes de travail thématiques.

Coordination et mise en réseau

Protéger les mineurs des dangers qui les menacent est une importante tâche étatique inscrite dans la Constitution fédérale (art. 11, 41 et 67). La compétence d’éduquer les enfants et les adolescents face aux médias relève en premier lieu des cantons, soutenus en cela par la Confédération. D’autres parties prenantes assument en outre des tâches supplémentaires dans ce domaine.

Répartition des tâches

À l’échelon cantonal, les bases légales, stratégiques et programmatiques relatives aux mesures de protection des enfants et des jeunes face aux médias par le biais de l’éducation sont réparties entre plusieurs domaines politiques (formation, santé, affaires sociales et sécurité : par ex., la promotion des compétences numériques dans le cadre scolaire et de la formation professionnelle, la sensibilisation aux risques dans le cadre de la promotion de la santé et de la prévention de la criminalité ou les programmes de pédagogie relative aux médias dans le cadre du travail extrascolaire avec les enfants et les jeunes).

 

Les associations professionnelles, les entreprises individuelles, les fondations et organisations privées assument, sur une base volontaire, des tâches de prévention et, dans le cas des milieux économiques, d’autorégulation. Elles fournissent ainsi une contribution importante et complètent les mesures étatiques.

 

Dans le cadre de ses compétences dans divers domaines politiques (politique de l’enfance et de la jeunesse, formation, communication, santé, police, justice), la Confédération contribue à la protection des enfants et des jeunes face aux médias et soutient les cantons et d’autres parties prenantes dans l’accomplissement de leurs tâches. Plusieurs offices fédéraux travaillent sur différents thèmes ayant trait à la protection des enfants et des jeunes face aux médias par l’éducation. En fonction de leurs compétences, ils mettent en œuvre des mesures de sensibilisation (par ex., en matière de protection des données et de criminalité sur Internet) ou de détection précoce et d’intervention (par ex., utilisation problématique ou excessive d’Internet).

 

Depuis 2011, l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) assume une fonction de soutien et de coordination dans le domaine de la protection des enfants et des jeunes face aux médias, dans un premier temps avec le programme national Jeunes et médias et depuis 2016 avec la plateforme nationale du même nom. Il existe ainsi au niveau national un cadre qui regroupe les nombreuses activités du domaine de l’éducation et soutient leur développement, et qui facilite la collaboration avec les milieux économiques, les organisations privées, les hautes écoles et les offices cantonaux et locaux compétents.