Jeunes et médias - portail d'information consacré à la promotion des compétences médiatiques

Recherche

Protection des données personnelles

Notre empreinte numérique commence actuellement dès la naissance. La réflexion à ce propos devrait être menée d'abord par les parents, puis par les enfants et les adolescents eux-mêmes. Les réflexions relatives à la protection des données ne concernent pas seulement ce qui arrive à nos données et les traces que nous laissons sur la Toile, que nous le voulions ou pas. Il s'agit aussi de questions juridiques concernant la protection de la personnalité ou de la vie privée d'autrui. Dans le cadre de son point fort 2020-2021 « Protection des données et de la sphère privée des enfants et des jeunes sur Internet », la plateforme Jeunes et médias met en œuvre diverses mesures qui ont été définies avec l’accompagnement d’un groupe d’experts.

Connaître les avantages de la protection des données et sa propre marge de manœuvre

Au début de l’année, la plateforme Jeunes et médias a mis en place un groupe d’expert.e.s pour suivre le point fort 2020-2021 « Protection des données et de la sphère privée des enfants et des jeunes sur Internet ».

Les premières réunions ont fait apparaître les principaux points qui nécessitent une attention toute particulière : les enfants, les jeunes et leurs personnes de référence ont besoin d’informations supplémentaires qui soient facilement accessibles en ce qui concerne les données personnelles et sensibles. Ils doivent pouvoir comprendre quelle est leur marge de manœuvre, ce qu’ils peuvent faire concrètement pour protéger au mieux leurs données (et celles des autres), et quels sont les avantages de cette protection et du respect de la sphère privée.

Ayant compris l’importance d’agir à plusieurs niveaux, la plateforme Jeunes et médias s’adresse à différents groupes cibles. Il s’agit non seulement des enfants et des jeunes eux-mêmes, qui sont actifs sur Internet et les médias sociaux, mais aussi de leurs parents, qui sont leurs points de repère et leurs guides. Or ces derniers peuvent eux-mêmes devenir des « divulgateurs » de données, par exemple en publiant des photos de leurs enfants qui paraissent inoffensives à leurs yeux, mais qui pourraient nuire à l’intérêt de l’enfant et à son droit à la sphère privée.

Quatre projets pour aborder un sujet complexe avec des enfants et des jeunes

En juin 2020, la plateforme Jeunes et médias a publié un appel d’offres pour soutenir des projets de sensibilisation et de prévention en matière de protection des données et de la sphère privée des enfants et des jeunes.

Avec le suivi d’un groupe d’experts, quatre projets ont été sélectionnés parmi les treize présentés. Les projets sélectionnés prévoient des méthodes, des groupes cibles ainsi que des objectifs divers et complémentaires. Ils permettent ainsi à la plateforme Jeunes et médias de répondre au mieux aux besoins mis en évidence pour le public cible que sont les enfants et les jeunes.

Vue d’ensemble des quatre projets

Les projets seront mis en œuvre dans différents domaines (école, famille, activités extrascolaires) et prévoient le développement de supports ludiques et facilement accessibles afin d'encourager les enfants et les jeunes à découvrir un monde qui, à première vue, peut effrayer ou créer un sentiment d’impuissance en raison de sa complexité. Ils permettront aux personnes de référence d'accompagner les enfants et les jeunes dans leurs réflexions sur l’importance de la protection de leur sphère privée sur Internet et dans la mise en place de comportements utiles pour protéger leurs données personnelles (ainsi que celles des autres).

Le projet de Pro Juventute vise à produire 10 courtes vidéos explicatives sur le thème de la protection des données et de la sphère privée ayant pour cible les enfants et les jeunes à partir de 10 ans. Afin d’utiliser les connaissances acquises pour agir concrètement, Pro Juventute développe en parallèle de ces vidéos des mesures d’accompagnement pour les enfants et les jeunes ainsi que pour les personnes de référence, afin d’encourager le dialogue aussi entre enfants et parents.

Le projet du Centre de protection de l’enfance de Saint-Gall a pour but de proposer à des groupes de jeunes de 14 à 18 ans un instrument ludique pour découvrir le monde de la protection des données et de la sphère privée par l’amusement et la curiosité. Ce jeu vise à stimuler l’esprit critique en faisant réfléchir tant au rôle des entreprises qu’à celui des consommatrices et des consommateurs.

Une histoire de détective captivante invite à sensibiliser de manière ludique les enfants de 8 à 12 ans sur les questions du cryptage, de la sphère privée ainsi que de la protection et de la sécurité des données, et à les rendre capables d’agir en la matière. Les enseignant.e.s et les organisations de l’enfance et de la jeunesse pourront organiser une activité en toute autonomie, mais aussi réserver du matériel et du personnel pour cela.

Le projet de la SUPSI (Département Formation et apprentissage) vise à offrir aux enfants et aux adolescents de 10 à 15 ans une expérience directe, immersive, sûre et contrôlée des algorithmes de profilage, grâce à une application "gamifiée" et au développement de matériel pédagogique. L'objectif est de permettre aux participants de construire une expérience personnelle adéquate pour réfléchir à la vie privée et à la valeur de leurs données dans le monde numérique.

Le rôle clé des parents et des personnes de référence

Les parents (ainsi que les grands-parents et les autres membres de la famille) jouent également un rôle clé dans la réflexion sur la trace numérique de leurs enfants. Raison pour laquelle Jeunes et médias se concentrera sur ces questions en 2021.

Cela pourrait aussi vous intéresser