Jeunes et médias - portail d'information consacré à la promotion des compétences médiatiques

Recherche

Recommandations pour les parents d’enfants de 6 à 13 ans

Les médias numériques sont omniprésents dans le monde actuel, y compris pour les enfants. Les enfants découvrent comment les adultes communiquent sur Internet, s’informent en ligne et utilisent les médias numériques pour se divertir. Mais eux-mêmes consomment aussi des contenus en ligne, que ce soit pendant leurs loisirs ou pour l’école. Les parents se posent donc de nombreuses questions sur l’utilisation des médias. Une chose est certaine : pour que les enfants apprennent à utiliser les médias numériques de façon sûre et responsable, ils ont besoin d’accompagnement et de soutien, mais ils doivent aussi avoir la possibilité d’acquérir eux-mêmes de l’expérience dans un environnement protégé.

Veillez à ce que les enfants ne consacrent pas tout leur temps aux médias numériques, mais qu'ils s'adonnent aussi à d'autres activités récréatives telles que les activités de plein air, le sport et les rencontres avec d'autres enfants de leur âge. Il faut résister à la tentation de vouloir combattre immédiatement l'ennui au moyen des médias numériques. Évitez la sollicitation permanente. Regarder un écran avant d'aller se coucher rend l'endormissement plus difficile.

Passer trop de temps devant un écran, que ce soit la télévision, le téléphone mobile ou la tablette, entraîne un manque d'activité physique susceptible d'avoir des conséquences graves, telles que défauts de posture ou surpoids, en particulier chez les enfants. Il est donc extrêmement important pour le développement physique et psychique des enfants d'avoir un bon équilibre entre activités en ligne et hors ligne. Jouer avec des copains et copines, faire du sport ou avoir des activités en famille, tout cela devrait figurer régulièrement au programme des loisirs.

L'ennui ne doit pas être combattu par le recours immédiat au smartphone, à la tablette ou à la console de jeu. Nous savons aujourd'hui que s'ennuyer stimule la créativité. En outre, il est aussi important pour le développement de la personnalité de pouvoir supporter l'ennui. Réfléchissez ensemble à des idées d'activités hors ligne ou jouez à qui reste le plus longtemps sans se mettre devant un téléphone, un ordinateur ou une console de jeu.

Regarder des écrans juste avant d'aller dormir peut nuire à l'endormissement. Instaurez d'autres rituels de coucher, par exemple discuter ensemble de la journée, écouter une série audio, lire ou se faire lire une histoire.

Liens utiles

 

Si possible, déterminez avec l'enfant combien de temps il peut passer devant les écrans par jour ou par semaine (un épisode d'une série ou une partie d'un jeu vidéo, par ex.). Fixez des limites claires et veillez à les faire respecter. Les conséquences du non-respect des règles convenues doivent être connues à l'avance.

Combien de temps les enfants devraient-ils avoir le droit de passer devant la télévision, sur un jeu vidéo, sur Internet ou sur un téléphone mobile ? Où est la limite ? Ces questions coulent de source, mais ne vont pas assez loin. Les enfants sont tous différents. Une durée peut être trop longue pour certains, mais acceptable pour d'autres. Observez le comportement de l'enfant. Est-ce un comportement normal ou l'enfant se montre-t-il nerveux ? Sa consommation des médias se fait-elle soudain au détriment d'autres activités ?

Lorsque vous en discutez, veillez à parler clairement de la durée totale d'utilisation des écrans, c'est-à-dire le temps cumulé passé devant la télévision, sur des jeux vidéo, sur le téléphone et sur Internet. Fixez des limites claires et veillez à ce que l'accord conclu ensemble soit bien respecté. Établissez dès le départ quelles seront les conséquences en cas de non-respect de ces règles. Et n'oubliez pas : les télévisions, ordinateurs, consoles de jeu, etc. n'ont pas leur place dans une chambre d'enfant. Il est plus simple de contrôler le temps convenu d'utilisation des écrans lorsque les appareils se trouvent dans les lieux de vie communs.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur nos rubriques
→ Parents & famille
→ Cyberdépendance

 

Internet recèle des opportunités et des risques. Aidez les enfants à s'orienter sur la toile, accompagnez-les et parlez avec eux de leurs expériences.

Internet fascine les enfants, qui l'utilisent de plus en plus tôt, car il s'agit d'un élément central dans la vie quotidienne de la famille et dans le monde des adultes.

Il est surtout important que vous accompagnez l'enfant dans sa découverte d'Internet. Aidez-le à y trouver ses repères. Expliquez clairement à quoi il faut faire attention dans l'utilisation des données et des images personnelles ou dans la fréquentation des tchats. L'enfant ne devrait jamais télécharger un jeu ou une application sans l'accord de ses parents. En règle générale, les conditions d'utilisation des réseaux sociaux permettent de s'y inscrire à partir de l'âge de 13 ans.

Les sites Internet destinés aux enfants les aident à faire leurs premières expériences d'une façon adaptée à leur âge. On trouve des sites dédiés au savoir, des moteurs de recherche adaptés aux enfants ou des sites d'actualités pour enfants. De tels sites conviennent parfaitement comme page d'accueil du moteur de recherche sur le compte d'un enfant. Vérifiez d'abord quels sites sont appropriés et découvrez-les ensuite ensemble.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur nos rubriques
→ Internet
→ S'informer & apprendre

 

Les parents et les autres personnes de référence servent de modèles aux enfants dans leurs rapports aux médias. Vérifiez donc vos propres habitudes d'utilisation des médias.

Dans de nombreux domaines, les enfants s'inspirent de leurs parents ou de leurs autres personnes de référence. C'est également le cas pour ce qui est des médias numériques. Des études montrent que les enfants apprennent à utiliser les médias de manière raisonnable lorsque leurs parents montrent l'exemple et que des règles ont été établies au sein de la famille.

Réfléchissez donc à vos propres habitudes avec les médias et à votre rôle de modèle, par exemple en ce qui concerne le temps passé sans écran ou sans téléphone portable. Montrez qu'il n'est pas obligatoire d'être connecté en permanence et qu'il existe de nombreuses activités divertissantes hors ligne. Veillez à ce que votre téléphone soit en mode silencieux et, si possible, ne se trouve pas sur la table lors des repas communs, des activités du week-end ou des discussions. Votre attention ne sera ainsi pas détournée et vous pourrez la concentrer pleinement sur ce que vous faites sur le moment, mais aussi sur les personnes présentes. De manière générale, veillez à ce que votre smartphone, votre tablette ou votre ordinateur ne soient pas accessibles aux enfants.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur notre rubrique → Cyberdépendance

 

Observez les limites d'âge pour les films (FSK, etc.) et les jeux vidéo (PEGI, USK, etc.) et demandez-vous si le contenu est adapté à l'enfant.

Les limites d'âge permettent de s'y retrouver parmi les jeux vidéo, les films, les programmes télévisés ou les applications et de savoir s'ils sont adaptés à l'âge de l'enfant ou s'ils contiennent des contenus potentiellement perturbants. Dans tous les cas, vous devez évaluer la situation vous-même étant donné que tous les enfants ne réagissent pas de la même manière. En clair, même des contenus en théorie adaptés à leur âge peuvent bouleverser ou susciter des réactions émotives.

Dans le domaine des jeux vidéo, le système PEGI, appliqué dans toute l'Europe, définit lesquels sont adaptés à partir de quel âge (3, 7, 12, 16 ou 18 ans). Il inclut également des pictogrammes visibles sur l'emballage qui indiquent si le jeu contient des scènes de violence, de sexe, de consommation de drogue, de discrimination, un langage grossier, des contenus effrayants ou des éléments de jeu de hasard.

Pour ce qui est des films de cinéma et des supports audiovisuels, c'est la Commission nationale du film et de la protection des mineurs qui fixe les limites d'âge, parfois assorties d'un âge recommandé (plus élevé).

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur nos rubriques
→ Parents & famille
→ Télévision & streaming
→ Jeux vidéo

 

Les médias numériques ne doivent pas être utilisés pour calmer ou distraire les enfants car si leur utilisation les immobilise physiquement, elle les sollicite quand même mentalement. Faites plutôt participer les enfants aux activités de la vie quotidienne.

Il peut être tentant d'utiliser les médias numériques pour calmer ou distraire des enfants, surtout lorsqu'on a quelque chose à faire absolument ou qu'on a besoin d'un moment de calme. On se dit alors à tort que regarder la télé ou jouer à un jeu vidéo calme un enfant, alors que ça ne le fait tenir tranquille qu'en apparence. L'enfant doit assimiler les contenus mentalement, ce qui peut causer chez lui une grande agitation intérieure.

Essayez plutôt de l'impliquer autant que possible dans les actes du quotidien (faire les courses, ranger, cuisiner, nettoyer, etc.). Pour l'enfant, cela représente un défi et une part de responsabilité qui lui est transférée.

Les smartphones, tablettes, télévisions et consoles de jeu ne sont pas non plus un bon moyen de punition ou de récompense, car cela leur donne trop d'importance et il sera d'autant plus difficile d'apprendre à l'enfant d'utiliser les médias de manière raisonnable. Les menaces et les punitions peuvent en outre s'avérer contre-productives et inciter l'enfant, par exemple, à se cacher de ses parents lorsqu'il tombe sur quelque chose de perturbant sur Internet alors qu'il n'avait pas l'autorisation d'être en ligne.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur notre rubrique → Parents & famille

 

Parlez avec l'enfant, de manière adaptée à son âge, des contenus troublants. Si possible, ne placez pas de télévision, d'ordinateur ou de tablette dans la chambre de l'enfant. Les logiciels de filtrage sont utiles, mais ne garantissent pas une protection complète.

Il est indispensable d'installer des programmes de filtrage qui bloquent l'accès aux sites Internet non adaptés à l'âge de l'enfant. Ils ne garantissent cependant pas une protection optimale. Il est important que les enfants comprennent quels sont les risques qui existent sur Internet, sur les tchats ou sur les réseaux sociaux.

Expliquez les choses avec des mots simples et adaptés à leur âge. Discutez par exemple de thèmes tels que la violence et la sexualité, et de pourquoi il est possible sur Internet de tomber sur des contenus déstabilisants, bouleversants ou effrayants. L'enfant doit savoir qu'il peut s'adresser à vous lorsque quelque chose le touche ou qu'il tombe sur un contenu étrange.

S'il partage un même ordinateur avec vous, ayez chacun votre propre compte d'utilisateur. N'oubliez pas que les enfants n'ont pas besoin d'un ordinateur pour aller sur Internet : ils peuvent aussi y accéder grâce aux smartphones et à d'autres appareils permettant de se connecter à un réseau WLAN, tels que les iPods, les tablettes ou les consoles de jeu.

Liens utiles

 

Sensibilisez l'enfant au fait qu'il peut être problématique de publier ou de partager des informations personnelles ainsi que des photos et des vidéos de soi ou d'autrui. Les enfants ne doivent pas partager d'informations personnelles sans en avoir discuté au préalable avec vous. Si l'enfant souhaite rencontrer une personne avec laquelle il a fait connaissance en ligne, il doit toujours le faire en compagnie d'un adulte.

Les enfants doivent savoir qu'il faut faire preuve de prudence avant de révéler des données personnelles et qu'ils ne doivent jamais donner leur nom complet, leur adresse, leur numéro de téléphone ou leur date de naissance. Il est judicieux d'utiliser un surnom pour les noms de profil et d'utilisateur, mais aussi pour se créer une adresse électronique. Accompagnez l'enfant dans la création de ses profils et de ses comptes de messagerie.

Concernant les services de médias sociaux comme Snapchat, Instagram, TikTok ou WhatsApp, les conditions d'utilisation fixent généralement l'âge minimal à 13 ans. Les enfants plus jeunes ont officiellement besoin de l'autorisation d'une personne investie de l'autorité parentale pour y créer un compte.

Expliquez à l'enfant qu'on ne peut jamais savoir où circuleront les publications, photos et vidéos mises sur Internet et que tout ce qui est posté en ligne ne peut souvent plus être supprimé. Il faut garder cela à l'esprit et systématiquement réfléchir avant de publier un contenu sur Internet.

Expliquez à l'enfant qu'il existe aussi des faux profils. Malheureusement, les personnes attirées sexuellement par les mineurs utilisent souvent les réseaux sociaux et les tchats pour prendre contact avec eux. Lorsque l'enfant souhaite rencontrer une personne avec laquelle il a fait connaissance en ligne, il doit toujours le faire en compagnie d'une personne de référence adulte.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur notre rubrique → Sécurité & protection des données

 

Toute personne dispose d'un droit à l'image. Avant de poster ou d'envoyer des photos et des vidéos, il faut obtenir le consentement des personnes qui y figurent.

En tant que parent ou personne de référence, vous devriez toujours réfléchir à quelles photos et vidéos des enfants publier, par exemple sur les réseaux sociaux, ou envoyer par WhatsApp. Ce qui peut sembler drôle aujourd'hui peut s'avérer difficile à vivre quelques années plus tard. Demandez à l'enfant s'il est d'accord pour publier ou envoyer une photo de lui. Gardez toutefois à l'esprit qu'une telle décision peut être difficile à évaluer pour des enfants, en particulier les plus jeunes. En cas de doute, vous pouvez vous demander si cela vous plairait de trouver une telle photo ou vidéo de vous-même sur Internet. Il est souvent difficile, voire impossible, de supprimer un contenu une fois qu'il a été mis en ligne. Les vidéos et photos publiées (ou des captures d'écran de celles-ci) peuvent être diffusées sans que vous vous en rendiez compte ou que vous en ayez le moindre contrôle.

Le droit d'auteur concerne en outre les images, vidéos et autres contenus médiatiques d'autrui, qui peuvent certes être utilisés à des fins personnelles à l'école et dans la vie privée. Sans information sur leur source, il ne faut toutefois pas partager ces contenus, et il ne faut en aucun cas prétendre les avoir créés soi-même.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur notre rubrique → Sécurité & protection de données

 

Encouragez les enfants à se montrer respectueux lorsqu'ils envoient des commentaires et des messages. Si un enfant se sent agressé en ligne, il doit être pris au sérieux. Dans les cas de cyberharcèlement, de discours de haine et de discrimination, il peut être nécessaire de solliciter l'aide de professionnels.

Le fait de ridiculiser et de maltraiter systématiquement quelqu'un par exemple sur les réseaux sociaux ou sur un tchat est appelé cyberharcèlement. Insultes, discriminations et hostilité contre autrui sont loin d'être rares sur Internet et portent souvent sur l'origine, la couleur de peau, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle des personnes visées.

Expliquez à l'enfant dès ses premiers pas en ligne qu'il est important de se comporter avec respect sur Internet, tant pour envoyer des messages et des courriels que pour commenter des contenus médiatiques ou donner son avis.

Les enfants doivent en outre savoir qu'Internet n'est pas une zone de non-droit. Quiconque porte atteinte à la dignité d'autrui ou incite à la violence se rend passible de sanctions pénales. Et quand bien même le cyberharcèlement ne constitue pas explicitement une infraction, la personne qui le commet peut être amenée à rendre des comptes.

Lorsque des enfants sont victimes de cyberharcèlement, de discours de haine ou de discrimination, il est important de conserver des captures d'écran comme éléments de preuve. N'hésitez pas, par ailleurs, à demander une aide professionnelle.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur nos rubriques
→ Cyberharcèlement 
→ Discrimination & discours de la haine
→ Actes punissables 

 

Discutez avec l'enfant de la question des fausses informations (fake news) et de la manière de les reconnaître. Expliquez comment fonctionne la publicité, par exemple la publicité dans les jeux vidéo ou le placement de produits dans les vidéos d'influenceurs.

L'une des principales difficultés sur Internet est d'évaluer si les contenus sont vrais et si les photos ou les vidéos correspondent à la réalité. Aidez les enfants à développer des stratégies pour évaluer tous les contenus médiatiques avec un œil critique. Expliquez-leur que tout ce qui est conçu de manière professionnelle et semble sérieux n'est pas vrai pour autant.

Les enfants doivent comprendre les stratégies marketing en tant que telles, par exemple les publicités qui apparaissent dans les jeux vidéo ou les applications, ou les placements de produits dans les vidéos et sur les canaux médiatiques de leurs idoles. Abordez la question des intérêts économiques qui se cachent derrière de telles pratiques.

Pour les influenceurs et influenceuses ainsi que pour l'industrie de la publicité dans son ensemble, il s'agit en outre de véhiculer des valeurs, des stéréotypes de genre et des idéaux de beauté. Discutez-en avec l'enfant et expliquez clairement que les photos et les vidéos montrées sont généralement modifiées. Peau impeccable, corps parfait et muscles saillants : Photoshop et d'autres programmes permettent de retoucher facilement des images et des vidéos.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur nos rubriques
→ Fake News & manipulation
→ Image & représentation de soi
→ Acheter & télécharger

 

Encouragez une utilisation créative des photos, des vidéos et des musiques sur les médias numériques. Il existe des jeux et des vidéos intéressants, divertissants et de grande qualité. Internet offre également un large éventail de contenus pédagogiques et de tutoriels.

Les médias numériques offrent de nombreuses possibilités intéressantes lorsqu'ils sont utilisés de manière responsable. YouTube regorge de tutoriels, des vidéos explicatives qui aident à apprendre ou à faire ses devoirs à la maison. Il est donc d'autant plus important de trouver des sources fiables et des vidéos bien faites qui présentent leurs contenus pédagogiques de façon correcte. Les vidéos « How to » montrent des instructions pas à pas, par exemple en matière de bricolage, de peinture ou de musique. Par ailleurs, beaucoup de jeux sont non seulement divertissants, mais disposent aussi d'aspects pédagogiques précieux.

Les médias numériques peuvent être utilisés à des fins créatives de nombreuses manières différentes. Réaliser des « stories » (courts récits) photographiques ou sonores, créer des blogs, des vlogs et des films personnels ou même un atelier de programmation : il existe pléthore de possibilités permettant aux enfants de développer et d'utiliser de manière ludique leurs compétences numériques.

Le géocaching peut par exemple constituer une activité familiale intéressante en utilisant le smartphone pour organiser une chasse au trésor numérique.

Liens utiles


Pour plus d'informations, rendez-vous sur nos rubriques
 Parents & famille
→ S'informer & apprendre