Jeunes et médias - portail d'information consacré à la promotion des compétences médiatiques

Recherche

Reconnaître les Fake News: les compétences médiatiques sont particulièrement importantes

L’étude comparative internationale PISA de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur les compétences de compréhension de l’écrit montre clairement que dans un monde de plus en plus numérique, l'esprit critique et l'évaluation du caractère vrai ou faux d'une information sont particulièrement importants. Notamment parce que les jeunes passent de plus en plus de temps en ligne et s'informent sur l'actualité via des sources numériques telles que les médias sociaux, les plateformes vidéo ou les moteurs de recherche. Or, selon la comparaison PISA, seuls 44 % des jeunes de 15 ans interrogés en Suisse disent avoir appris à évaluer correctement la véracité d’une information à l'école. Dans une comparaison par pays, la Suisse se situe donc en dessous de la moyenne de l'OCDE.

Il est donc d'autant plus important de promouvoir les compétences médiatiques, et en particulier la capacité à remettre en question les informations lues, et ce dès le plus jeune âge - que ce soit à l'école ou à la maison. Les enfants et les jeunes doivent être conscients que tout ce qu'ils lisent sur internet n'est pas vrai. Ils ont besoin de stratégies et d'outils concrets pour relever ce défi et aborder le contenu de manière critique. Les adultes jouent un rôle central dans ce processus d’apprentissage des enfants, car ils peuvent les accompagner notamment grâce à leur expérience de vie.

 

→ Pour plus d'informations pour les parents, rendez-vous sur nos rubriques « Fake News et manipulation » 

→ Pour les jeunes Vidéo de Nouvo (RTS) « Fake News? Voici comment les reconnaitre »

→ Pour les jeunes enfants, vidéo « Vrai ou faux ? » de #DansLaToile (RTS)

→ Ressources sur le thème des Fake news pour les enseignants (education21)

→ Plus d'informations pour les enseignants

→ Rapport de l’OCDE „21st Century Readers” (en anglais)

→ Le résumé de ce rapport est disponible en français « Les lecteurs du XXIe siècle »