Navigation avec Access Keys

Médias sociaux: faire partie d’une communauté

WhatsApp, Facebook, Instagram, Snapchat, Tumblr, Pinterest, YouNow : le monde des médias sociaux ne cesse de s’agrandir et les jeunes les apprécient particulièrement, car ils aiment faire partie d’une communauté virtuelle. Ils tchattent, «aiment» (like), partagent et postent des informations. En tant que parents, on ne voit pas toujours quel en est l’intérêt. Qu’est-ce qui les motive ? Quand faut-il commencer à s’inquiéter et comment peut-on les protéger des risques ?

{$TEXT.titleCol}

  
 
94 %
des jeunes en Suisse ont un profil sur au moins un réseau social. (JAMES 2016)
87 %
des jeunes sont actifs dans une communauté virtuelle chaque jour ou plusieurs fois par semaine. (JAMES 2016)
74 %
des jeunes protègent leur sphère privée sur les médias sociaux. (JAMES 2016)
  
  
 

Bon à savoir

  
 
 

Pourquoi les réseaux sociaux sont-ils autant appréciés ?

Les réseaux sociaux permettent aux jeunes de faire dans un espace virtuel ce qu'ils aiment faire dans la vie réelle : nouer des contacts, trouver des amis, partager ses centres d'intérêt avec d'autres personnes, échanger et appart enir à un groupe. Le seuil d'inhibition plus bas que dans la vie réelle permet de nouer facilement des contacts. Les « expériences positives » s'accumulent rapidement et le cercle d'amis augmente. Par ailleurs, dans les communautés virtuelles, les jeunes peuvent généralement communiquer sans être dérangés ni observés par des adultes.

 
 

Quels services utilisent les jeunes et dans quel but ?

Instagram et Snapchat, deux applications (« appli ») utilisées pour partager et regarder des photos, sont les applications favorites des 12-19 ans en Suisse. Quatre jeunes sur cinq y ont un compte, selon l'étude JAMES 2016. En revanche, Facebook, qui était encore récemment numéro un, a moins la cote, notamment auprès des plus jeunes. C’est dans ce contexte qu’a été lancé, au printemps 2018, le « Portail européen de la jeunesse », qui traite de thèmes comme le cyberharcèlement et qui entend sensibiliser les jeunes utilisateurs à la gestion des données personnelles.

La plupart des jeunes utilisent les réseaux sociaux pour regarder des photos et liker les posts des autres. Ils consultent souvent les profils de leurs amis, envoient des messages instantanés, postent des informations et partagent leurs propres photos. Les réseaux sociaux sont aussi utilisés comme source d'information par les jeunes. Les autres fonctions ont moins d'importance pour eux : jouer en ligne, créer un réseau de contacts, gérer des listes d'amis ou organiser des évènements.

  
  

Vrai ou faux? Quelques préjugés sous la loupe

 
 

Les jeunes préfèrent être sur les réseaux sociaux plutôt que de rencontrer leurs amis dans la vie réelle.

S'il est vrai que 12-19 ans ne pourraient pas se passer des réseaux sociaux au quotidien, le temps consacré à leurs amis dans la vie réelle est encore très important pour eux. Les trois quarts des jeunes rencontrent leurs amis chaque jour ou au moins plusieurs fois par semaine. Selon l'étude JAMES 2016, les adolescents ont en moyenne six amis, dont trois proches avec lesquels ils partagent des secrets.

 
 

Les « natifs du numérique » en savent de toute façon plus que les adultes sur les médias numériques.

La plupart des jeunes évoluent sans problème dans le monde numérique ; ils savent très bien comment utiliser les réseaux sociaux. Mais avoir des compétences médiatiques signifie un peu plus que cela : il faut aussi être capable d'analyser de façon critique les contenus transmis, être conscient des conséquences sociales de ses actes et posséder des compétences éthiques, c'est-à-dire être capable d'évaluer ce qui est socialement acceptable. De ce point de vue, les adultes ont de l'avance sur les enfants et les jeunes. Ils ont plus de vécu et peuvent évaluer plus facilement les conséquences de leur comportement.

 
 

Les jeunes utilisent les réseaux sociaux sans se poser de questions.

Parmi les jeunes inscrits sur un ou plusieurs réseaux sociaux, trois sur quatre utilisent les paramètres de protection de leur sphère privée. Cependant, ils ne les mettent pas toujours à jour : un sur deux le fait régulièrement. De manière générale, plus les jeunes grandissent et plus ils dévoilent d'informations personnelles. Mais ils utilisent aussi de plus en plus souvent un pseudonyme et ont de plus en plus souvent recours à des services avec lesquels ils peuvent contrôler qui a accès à quelles informations les concernant. Les adolescents sont globalement réticents à communiquer leur adresse électronique, leur numéro de téléphone, à publier des informations sur leurs relations sentimentales, sur leur école et sur la ville où ils résident. Si les garçons dévoilent généralement plus d'informations sur eux-mêmes, les filles publient plus de photos et de vidéos d'elles-mêmes, de leurs amis ou de leur famille.

  

Important

Sous quel jour votre enfant souhaite-il se présenter sur son profil ? Discutez-en avec lui !

  
  

Opportunités et risques

  

Opportunités : quels sont les atouts des médias sociaux?

  • Acquérir des compétences sociales : les médias sociaux constituent une plateforme qui permet de nouer et d'entretenir des relations, de partager des idées et d'échanger. Cela est particulièrement important pour les enfants et les jeunes, car ils apprécient ce sentiment d'appartenance. L'adolescence est aussi le moment où l'on se détache de ses parents, et les communautés virtuelles peuvent aider dans ce processus. Elles offrent un espace dans lequel les adolescents se retrouvent entre eux, sans les parents.
  • Développer sa propre identité : grâce aux commentaires de leurs amis, les enfants et les jeunes peuvent tester ce que les autres apprécient ou pas. Cela contribue de façon essentielle à la construction de leur propre identité. Outre la famille, l'école et les jeunes du même âge, les réseaux sociaux constituent ainsi une instance de socialisation non négligeable.
  • Être avec ses amis, toujours et partout : les réseaux sociaux permettent d'être proche de ses amis, même lorsqu'on est seul. On peut communiquer de manière spontanée et en temps réel.
  • Trouver des personnes semblables : peu importe ce qui intéresse les enfants et les jeunes ; dans les communautés virtuelles, ils peuvent entrer en contact avec des personnes situées aux quatre coins du monde qui partagent les mêmes centres d'intérêt.
  • S'informer : les médias sociaux permettent de partager des informations et des idées, et de se tenir au courant des nouveautés ou des manifestations à venir.
  

Risques : à quoi les parents doivent-ils faire attention ?

  • La limite d'âge peut facilement être contournée : la plupart des réseaux sociaux fixent l'âge minimum à 13 ans. En 2018, dans le cadre de la nouvelle législation européenne sur la protection des données, WhatsApp a relevé la limite d'âge à 16 ans. Cependant, l'utilisateur devra seulement confirmer qu'il a l'âge requis. Il n'existe aucun véritable contrôle, même pour d'autres services.
  • Multitasking : veiller à ce que les enfants et les jeunes ne soient pas distraits par exemple en faisant les devoirs. Lorsque les jeunes étudient en utilisant l'ordinateur tout en étant connectés aux réseaux sociaux, cela détourne leur attention. Cette tendance au multitasking est aussi due au fait qu'ils ont peur de rater quelque chose.
  • La peur de manquer quelque chose (FOMO, fear of missing out) désigne le souci, pour une personne, de rater quelque chose d'apparemment intéressant, de ne pas être au courant de ce qui se passe. Cette expression est souvent liée à l'utilisation des réseaux sociaux. Derrière cela se cache cependant une peur primitive d'être exclu de la société. Voici quelques signes qui révèlent une approche ou une utilisation problématique des réseaux sociaux :
    • déprime ou frustration en voyant ce que les autres vivent ou ressentent ;
    • nervosité lorsque l'on ne sait pas ce que les autres sont en train de faire, ou peur qu'ils vivent quelque chose de mieux que nous ;
    • volonté d'être toujours connecté pour consulter ou poster des informations ;
    • difficultés à se concentrer.
    Les limites avec une addiction sont parfois floues → Cyberdépendance
  • Empreinte numérique : le Net n'oublie jamais. Poster des photos, des vidéos et des commentaires en temps réel est simple et divertissant. Mais cela comporte aussi des risques et nous n'avons souvent aucun contrôle sur ce que nous publions. D'autres utilisateurs peuvent regarder nos photos, les copier, les télécharger ou les retravailler. Il faut aussi se méfier des services qui disent effacer automatiquement les posts après quelques secondes → Sécurité et protection des données
  • Humiliations, insultes ou harcèlement : voir la rubrique Cyberharcèlement. → Cyberharcèlement
  • Contacts et contenus indésirables : les réseaux sociaux représentent aussi une plateforme de prédilection pour des pédophiles qui souhaitent entrer en contact avec leurs victimes potentielles. Les enfants et les jeunes peuvent en outre tomber sur des contenus qui ne sont pas adaptés à leur âge. → Sexualité et pornographie
  
  
  

Conseils pour les parents

  
 
 

Montrer son intérêt

Parlez avec votre enfant des réseaux sociaux et demandez-lui sur lesquels il est inscrit. Informez-vous sur la manière dont ils fonctionnent, essayez de les tester vous-mêmes.

 
 

Parler des risques

Expliquez à votre enfant quels sont les risques et faites-lui part de vos préoccupations. Faire preuve d'une saine méfiance et d'esprit critique est essentiel pour utiliser les réseaux sociaux en toute sécurité. On ne devrait accepter comme « amis » que les personnes que l'on connaît personnellement. Par ailleurs les réseaux sociaux sont une plateforme idéale pour faire circuler des fake news (fausses nouvelles). → Fake news et manipulation

 
 

Renforcer la prise de conscience

Parlez ensemble des réflexions à se faire avant de publier des photos, des vidéos ou d'autres informations. Quelles sont les informations privées que je souhaite publier ? Quelles sont les photos de moi-même que je souhaite montrer ? Quelle image est sans danger ? Qui puis-je accepter en tant qu' « ami » ?

Montrez quelles peuvent être les conséquences de la publication d'informations privées. Avant de publier une information, une photo ou autre, on devrait toujours se demander quelles sont les personnes qui pourraient y avoir accès à l'avenir. [LIEN : Sécurité et protection des données]

 
 

Protéger sa sphère privée

Les paramètres de confidentialité permettent de définir qui a accès à quelles informations de son propre profil. Ils doivent être vérifiés et mis à jour régulièrement.

Il est également important de respecter la vie privée des autres en ne publiant aucune photo ou vidéo sans leur accord. Et inversement, nous avons bien entendu le droit de demander qu'une photo postée (involontairement) par quelqu'un soit supprimée. De plus, on peut configurer son profil sur les médias sociaux de sorte que les images sur lesquelles on est marqué puissent être rendue publiques uniquement si on le souhaite.

 → Sécurité et protection des données

 
 

Garantir la sécurité

Lisez les conditions d'utilisation d'un réseau social avant que votre enfant ne s'y inscrive. Respectez la limite d'âge et veillez à ce que les mots de passe soient sûrs.

Les photos ne doivent pas être taguées avec le nom entier. Assurez-vous en paramétrant le service de géolocalisation du téléphone que l'on ne puisse pas savoir d'où sont prises les photos ou vidéos → Sécurité et protection des données.

  
  
  
  

Trouvez d’autres offres sur les résaux sociaux