Navigation avec Access Keys

Adolescents et médias : lâcher peu à peu du lest

Plus votre enfant grandit, plus il veut être indépendant. Ceci vaut autant pour la vie « réelle » que pour la vie « numérique ». Il teste les limites, les franchit peut-être de temps à autre. Cela fait partie de l’adolescence. En tant que parent, vous assumez votre rôle d’encadrement en vous confrontant aux médias qu’utilise votre enfant au quotidien, avec les risques et les opportunités qui y sont associés. Ceci en étant à l’écoute, en lui offrant votre aide et en vous intéressant à ce qu’il apprend.

{$TEXT.titleCol}

 
 
98%
des jeunes entre 12 et 19 ans en Suisse possèdent un smartphone (étude JAMES 2016).
80%
des jeunes en Suisse sont présents sur Snapchat et Instagram (étude JAMES 2016).
80%
des jeunes ont une utilisation non problématique d’Internet (étude JAMESfocus 2017).
 
 
 

Bon à savoir

 
 

Une histoire tirée de la vie quotidienne

Fadri, 14 ans, utilise son téléphone portable comme réveil. Après le déjeuner, il sort de la maison avec ses écouteurs dans les oreilles. Dans le bus, il consulte rapidement ses mails, lit ses messages sur WhatsApp, vérifie le nombre de cœurs obtenus par son dernier post Instagram et transfère une vidéo amusante sur YouTube à ses copains. En classe, il travaille sur une présentation de groupe avec ses camarades et prend en photo les notes de l'un d'entre eux. Il fait tout avec son smartphone.

Après l'école, Fadri se rend directement à son entraînement de football, puis rentre à la maison. Dans le bus, il révise son vocabulaire d'allemand avec une application sur son portable. La première chose qu'il fait en arrivant à la maison est de continuer à préparer son exposé sur son ordinateur portable. Il regarde ensuite si tous les membres de son équipe sont déjà en ligne pour commencer une nouvelle partie de FIFA. Il manque encore deux amis, qu'il contacte par WhatsApp.

Environ une heure plus tard, sa mère annonce qu'elle va préparer le dîner. Il sait qu'il ne lui reste plus qu'une demi-heure. Il annonce par tchat qu'il va se retirer à la fin du prochain match, ce qu'il fait un quart d'heure plus tard. Il consacre le temps qu'il lui reste avant le repas à échanger des messages avec sa copine.

 

Élèves du secondaire : développement et expériences avec les médias

Les écrans font aujourd'hui partie de la vie quotidienne des jeunes. Les ordinateurs et les téléphones portables sont à la fois des sources de divertissement et des outils de travail et d'apprentissage. Comme le montre l'étude allemande SINUS 2016, les jeunes de 14 à 17 ans « appartiennent à la première génération qui utilise évidemment Internet, mais aussi qui vit en ligne ». Le téléphone portable ou le smartphone est, de loin, l'outil le plus important et fait office de compagnon multifonctionnel permanent. Pour la plupart des jeunes, une vie sans téléphone serait difficilement imaginable : « du fait de l'intégration de diverses fonctions, le smartphone est non seulement indispensable, mais est aussi l'objet d'une relation personnelle qui prend une dimension affective. »

Selon l'étude, les jeunes ne conçoivent pas l'utilisation des médias comme un processus d'apprentissage conscient, mais plutôt comme quelque chose qui vient naturellement. On essaie diverses solutions, clique ici ou là, regarde ce qui se passe, échange avec des amis ou cherche de l'aide sur des tutoriels et des forums en ligne. L'utilisation des médias par les jeunes est donc hautement interactive. Il ne s'agit pas d'une simple consommation passive où l'on regarde ce que font les autres, mais d'une démarche active. Cette façon naturelle et intuitive d'aborder les médias numériques est ce qui différencie le plus les jeunes de leurs parents. Cette divergence peut entraîner un sentiment d'insécurité chez ces derniers.

À cela s'ajoute que les adolescents sont dans un processus d'indépendance qui les amène à apprendre de plus en plus de leurs pairs et à moins écouter ce que leur disent leurs parents. Dans cette situation, il est important de trouver un équilibre entre, d'une part, octroyer une certaine autonomie aux adolescents et, d'autre part, fixer des limites, mettre en évidence les risques et être à l'écoute.

 
 
 

Utilisation des médias adaptée à l’âge

 
 

Internet

Si vous estimez que votre enfant est capable d'utiliser Internet de manière responsable, vous pouvez progressivement relâcher le contrôle à partir de l'âge de 12 ans environ. Les adolescents ne devraient toutefois pas passer plus de dix heures par semaine devant un écran. Une durée de plus de vingt heures par semaine peut être problématique, sauf si c'est pour le travail scolaire. → Cyberdépendance

 

Smartphone

Plus d'indépendance signifie aussi plus de responsabilités. Votre enfant doit savoir à quoi il doit faire attention sur des sujets sensibles. Informez-vous avec lui et aidez-le à prendre les précautions les plus importantes. En font notamment partie les conditions d'abonnement et les prix, les questions de sécurité, les contenus problématiques (Sexualité et pornographie, Violence et extrémisme), le harcèlement et les infractions au droit d'auteur (Acheter et télécharger). 

 

Médias sociaux

Outre les SMS et les tchats, les réseaux sociaux sont également très appréciés des adolescents. C'est là que ces derniers se donnent rendez-vous et qu'ils échangent leurs expériences en s'adressant textes, images et vidéos. Il est important qu'ils soient conscients des risques liés à l'utilisation de ces plateformes. → Médias sociaux

 

Contenus dangereux pour les jeunes

Avec les médias numériques, les jeunes risquent davantage de tomber sur des contenus dangereux, en particulier sur les réseaux sociaux, les plateformes de partage de fichiers (peer-to-peer ou P2P) et les services de messagerie instantanée. Les adolescents les plus âgés tombent rarement sur ces contenus par hasard. Ils sont à la recherche de sensations fortes, ce qui est normal durant cette phase de la vie, caractérisée par une curiosité naturelle.

Pour certains jeunes, dénicher des contenus particulièrement choquants et les faire circuler est un véritable sport. En outre, les attitudes morales des adolescents et des jeunes sont souvent moins rigides que celles des adultes et ils se font un plaisir de remettre en question la morale traditionnelle pour provoquer. Comme il n'est pas possible ni judicieux d'interdire ou de réglementer ces comportements, il est d'autant plus important de discuter avec les jeunes des expériences qu'ils ont faites avec de tels contenus. → Conseils pour le quotidien

 

Important

Des règles définies ensemble sont plus efficaces que les interdits.

 
 

Conseils pour le quotidien

 
 

Lâcher prise tout en restant présent

  • Donnez des libertés à votre enfant et évitez de le surveiller, mais participez au monde des médias et parlez-en régulièrement avec votre enfant : à quoi s'intéresse-t-il ? Pourquoi ? Quelles sont ses expériences positives? Qu'est-ce qui l'énerve ? A-t-il fait de mauvaises expériences ? Quelles sont les sources d'insécurité ? Qu'est-ce qui vous gêne dans son utilisation des médias ?
  • Profitez des conversations que vous avez avec votre enfant pour le sensibiliser aux risques : une fois mis en ligne, les commentaires et les images ne sont plus contrôlables et peuvent se propager très rapidement. De plus, Internet n'est pas un espace sans droits ni lois, et certains comportements sont punissables.
  • Restez attentifs et observez si le comportement de votre enfant change (p.ex. fréquence et durée d'utilisation).  → Cyberdépendance
  • Cherchez le dialogue s'il arrive fréquemment que votre enfant éteigne l'ordinateur lorsque vous entrez dans la pièce.
  • Si vous trouvez de la pornographie ou des films violents sur l'ordinateur ou le mobile de votre enfant, soyez proactifs et cherchez un conseil spécialisé. → Sexualité et pornographie → Violence et extrémisme
 

Fixer des règles et prendre position

  • Convenez ensemble des règles et assurez-vous qu'elles soient respectées.
  • Veillez à ce que votre enfant ne néglige pas les relations dans la vie réelle. Il devrait y avoir un équilibre entre ses activités en ligne et hors ligne.
  • Prévoyez des moments sans téléphone portable et veillez à vous y tenir vous aussi.
  • Votre enfant doit prendre au sérieux les âges conseillés pour ce qui est des réseaux sociaux, des tchats, des films et des jeux.
  • Discutez des effets d'Internet, par exemple la signification des représentations sexualisées ou des conceptions stéréotypées de la répartition des rôles.
 

Porter un regard critique sur les contenus médiatiques

Profitez de l'intérêt de votre enfant pour les médias pour promouvoir activement ses compétences médiatiques.

  • Par exemple, analysez ensemble la série ou l'émission préférée de votre enfant. Essayez de découvrir les trucs des producteurs : de quelle façon les candidats ou les personnages principaux sont-ils présentés ? Comment sommes-nous influencés en tant que téléspectateurs ? Cela se produit-il de manière claire ou insidieuse ?
  • Laissez votre enfant chercher sur Internet son propre nom ou celui de parents ou de connaissances. Quelles informations trouve-t-on ? Discutez avec lui des traces qu'on laisse sur Internet.
  • Abordez la question des fake news ou fausses informations et de la façon de distinguer le vrai du faux sur Internet.
 

Utiliser les médias numériques de façon créative

L'utilisation créative des médias numériques élargit les possibilités et les expériences des jeunes. De la rédaction d'un blog au développement d'une application en passant par la fabrication de gadgets, il n'y a aucune limite à la créativité → Rechercher et apprendre. 

 
 
 
 
 

D’autres offres pour les parents et grands-parents