Navigation avec Access Keys

Compétences médiatiques

Éducation aux médias : le rôle central des parents

Internet est comme une grande ville : il y a des quartiers sûrs, des gens aimables, des places de jeux, des zones à vitesse réduite, des magasins. Mais il y a aussi des recoins obscurs, des personnages bizarres, des rues dangereuses, des quartiers chauds, des endroits exposés à la criminalité. Comment les enfants peuvent-il apprendre à évoluer dans cette ville de manière responsable et en toute sécurité ? Tout comme dans la vie réelle, le rôle des parents est de les accompagner dans le monde numérique en leur offrant une écoute bienveillante, en étant des interlocuteurs prévenants, en s’intéressant à ce qu’ils apprennent et en leur montrant l’exemple. Cette rubrique vous en apprendra plus sur l’éducation aux médias au quotidien.

{$TEXT.titleCol}

 
 
39%
des parents utilisent Internet avec leurs enfant au moins une fois par semaine, 16% ne le font jamais (Etude MIKE 2017)
90%
des parents en Suisse indiquent que leur enfants ne peuvent pas décider seuls de la durée d’utilisation des écrans ni du type de contenus.
13
Dès 13 ans, les enfants ont développé plus d’aptitudes numériques que leurs parents. Ils n’ont cependant pas encore conscience de tous les risques (« Jugendmedienschutzindex: Der Umgang mit onlinebezogenen Risiken », étude de l’association Freiwillige Selbstkontrolle Multimedia-Diensteanbieter, 2017)
 
 
 

Bon à savoir

 
 

Qu’entend-on par « compétences médiatiques » ?

Avoir des compétences médiatiques signifie savoir utiliser des médias consciemment et surtout de manière responsable. On entend par là plus qu'une simple maîtrise des aspects techniques : connaître les différents médias et leurs possibilités permet de les utiliser avec pour répondre à ses propres besoins, mais aussi d'avoir un rôle actif, en produisant des contenus soi-même. Avoir conscience des risques permet d'adopter la prudence qui s'impose, de se méfier au moment de révéler ses données personnelles, de développer un regard critique et de remettre en question la véracité des contenus. Les compétences médiatiques incluent aussi le fait de réfléchir sur son propre comportement vis-à-vis des médias, de respecter des règles d'utilisation et de trouver un bon équilibre entre la vie connectée et le reste du temps.

 

Quelle est l’influence des parents et en quoi leur rôle est-il si important ?

Les enfants sont curieux et observent le comportement des gens qui les entourent : quelles attitudes ont-ils les uns envers les autres ? Quels appareils utilisent-ils et comment ? Dès leur plus jeune âge, les enfants imitent leurs proches et sont à la recherche de personnes de référence, qu'ils prennent en exemple. Des sources menées auprès d'enfants montrent que les parents sont pour eux les intermédiaires les plus importants en matière de compétences médiatiques. C'est en particulier au cours des dix premières années que l'influence des parents est significative et permet de s'assurer que l'enfant a une consommation des médias sûre et adaptée à son âge, de fixer des règles d'utilisation et de créer une base de confiance. L'enfant aura alors davantage tendance à se tourner vers ses parents en cas de rencontre virtuelle désagréable, s'il subit des propos déplacés ou rencontre des contenus choquants sur le Net. Il est important d'aider votre enfant à développer son esprit critique et sa confiance en lui, afin qu'il puisse se protéger et prendre du recul. Même si le savoir-faire technique de votre enfant dépasse le vôtre, votre expérience de vie vous permet de garder une longueur d'avance lorsqu'il s'agit d'analyser des contenus ou d'en évaluer les conséquences sociales.

 

Principales préoccupations et inquiétudes des parents

Lorsqu'ils sont interrogés sur ce qui les inquiète le plus au sujet de l'utilisation des médias numériques par leurs enfants, les parents évoquent toujours les mêmes soucis. L'une de leurs plus grandes craintes est que l'enfant tombe sur des contenus inappropriés pour son âge (pornographiques ou violents) et en soit perturbé. Ils se demandent comment les en protéger, en particulier sur des appareils mobiles ou à l'ouverture intempestive de fenêtres pop-up. Ils redoutent aussi de voir leurs enfants nouer des contacts potentiellement problématiques, perdre des sommes importantes d'argent ou être victimes d'offres frauduleuses. De manière générale, les parents ont conscience qu'ils ne contrôlent pas totalement l'utilisation des médias par leurs enfants (surtout lorsque ces derniers grandissent), ce qui les inquiète beaucoup. S'ajoute à cela le fait qu'une utilisation trop fréquente des médias peut avoir des conséquences négatives sur le plan affectif et social. Les parents constatent en effet souvent que la consommation de médias a pour effet de déclencher nervosité, irritabilité et mauvaise humeur chez leurs enfants. Les parents se demandent donc avec raison quelle est l'utilisation adaptée à l'âge, et quelles limites temporelles ou autres règles il serait judicieux de poser.

 
 

Les limites du contrôle parental

Le souhait de la plupart des parents de vouloir surveiller et contrôler l'utilisation des médias par leurs enfants en vue de les protéger des risques est tout à fait compréhensible. Mais il faut reconnaître que ces possibilités sont plutôt limitées. Les smartphones et les tablettes offrent un accès à l'ensemble du web. Quelques connaissances techniques permettent de contourner facilement les mesures de protection instaurées par les parents. Même les enfants sont capables d'utiliser un mode de navigation privé, échappant ainsi au contrôle parental. Les limites d'âge ne garantissent en rien que les enfants ne soient pas choqués ou effrayés par certains contenus. Enfin, tout le monde sait que les adolescents ont tendance à remettre en question les règles. Pour toutes ces raisons, l'instauration d'une relation de confiance et d'un dialogue entre parents et enfants est essentielle.

 
 
 

Utilisation des médias adaptée à l'âge

 

La question de l’âge : stades de développement des enfants

À partir de quel âge les enfants sont-ils suffisamment mûrs pour utiliser les médias numériques ? À quelle dose devraient-ils les utiliser ? Les réponses varient en fonction des capacités acquises à chaque stade de développement. En voici un bref aperçu :

 
 

Jusqu’à 2 ans

Les bruits, la lumière et les couleurs vives sur les écrans sont des sources d'irritation qui peuvent épuiser le bébé, qui n'est pas encore capable de s'autoréguler. Dans ses toutes premières années, il faut donc l'exposer le moins possible à des contenus numériques. Dès qu'il apprend des mouvements de préhension, il peut vivre ses premières expériences (souvent involontairement) sur un écran tactile. Dans sa deuxième année, l'enfant comprend des histoires illustrées simples. Si les parents utilisent pour cela un smartphone ou une tablette, l'important est de diriger l'attention de l'enfant et de créer un lien avec son ressenti propre.

 

À 3 ans

L'enfant a davantage de curiosité pour les autres personnes, il développe son imaginaire et apprend à parler. Il se tourne plus consciemment vers les médias numériques et s'intéresse aux fonctions ludiques et créatives. Les parents peuvent stimuler son intérêt en lui montrant des photos ou des vidéos, mais tout en veillant à ne pas le solliciter de manière excessive.

 

À partir de 3 ans

L'enfant renforce sa pensée symbolique (identification de signes, comme des lettres ou des chiffres) ainsi que sa motricité globale et fine, ce qui a une influence sur son utilisation des médias numériques. Les mouvements d'appui et de balayage ne lui posent presque plus la moindre difficulté et il les utilise avec précision. L'enfant comprend mieux les contenus médiatiques, il est par exemple capable de faire le lien entre une photo et une réalité vécue. Des applications adaptées à son âge peuvent lui permettre de développer ses compétences cognitives de manière ciblée.

 

De 5 à 6 ans

L'enfant assimile les informations de plus en plus vite et a toujours plus envie d'apprendre. Il s'intéresse beaucoup aux médias, non seulement pour se divertir, mais aussi pour trouver des réponses à ses questions. Il se tourne aussi davantage vers Internet, même s'il ne connaît pas bien sa structure. Cependant, il ne sait pas encore lire ni écrire. Il est donc particulièrement important que les parents l'accompagnent et posent des limites.

 

De 7 à 10 ans

L'enfant apprend à lire, à écrire et à compter, et acquiert de plus en plus de connaissances. Il devient plus autonome ; ses parents lui font davantage confiance et lui transmettent des responsabilités. Il utilise aussi les médias de manière plus autonome, pour son propre intérêt, pour faire ses devoirs ou pour se divertir. Les fonctions communicatives des médias numériques prennent de l'importance ; l'enfant comprend mieux la différence entre réalité et fiction. À ces âges, beaucoup d'enfants possèdent déjà leur propre smartphone. Outre accompagner leurs enfants de près, les parents doivent prendre en considération les paramètres de sécurité visant à les protéger et discuter avec eux des risques. → Smartphone et tablette

 

De 11 à 12 ans

L'enfant renforce sa capacité de pensée abstraite et hypothétique. Il est capable de faire preuve d'introspection et d'autocritique, et il remet davantage en question les règles. Il utilise les médias numériques de manière plus indépendante, mais risque aussi davantage d'être confronté à des contenus non adaptés à son âge. Il faut donc veiller à aiguiser sa conscience des risques.

 

De 13 à 16 ans

À la puberté, l'enfant traverse divers changements physiques et émotionnels qui peuvent s'avérer difficiles à vivre. Il cherche sa propre identité et se détache de ses parents. Le smartphone représente alors pour lui un outil d'indépendance important. En échangeant avec des jeunes de son âge, il étoffe ses connaissances des médias numériques, parfois jusqu'à dépasser les aptitudes des adultes. Cependant, en tant que parent, votre rôle d'accompagnant et de soutien persiste : continuez à vous intéresser, restez informés, posez lui des questions critiques et encouragez sa réflexion.

 

Au-delà du temps d’utilisation

Les enfants ont besoin d'être directement en contact avec les objets pour un bon développement cérébral, mais aussi de prendre l'air frais et de bouger régulièrement pour leur développement sensori-moteur. Passer trop de temps devant un écran peut entraîner des troubles de la vue et de la posture, voire aggraver le déficit de l'attention des enfants atteints de trouble déficitaire de l'attention/hyperactivité TDAH. Outre la question de la durée d'utilisation, il importe encore plus de savoir quels contenus médiatiques les enfants utilisent, et pour quelles raisons. L'équilibre entre l'utilisation des médias et les autres activités de loisir est crucial : une heure de jeux vidéo par jour peut être raisonnable pour un enfant qui, à côté, sort avec ses amis, fait du sport ou joue de la musique. Par contre, pour un autre enfant, cela peut être trop. Convenez avec vos enfants d'une durée d'utilisation limitée, incluant s'il le faut le temps passé devant tous les écrans : télévision, console, téléphone mobile et ordinateur.

 

Important

Veillez à établir un équilibre entre les activités avec et sans médias.

 
 

La règle générale des « 3-6-9-12 »

  • Jusqu'à 3 ans : pas de télévision, pas d'utilisation régulière des écrans, mais possibilité d'utilisation ponctuelle de films, d'émissions de télévision ou d'applications pour enfants, ou de visionnage d'albums photo numériques ou de chats vidéo avec des amis et des parents.
  • Jusqu'à 6 ans : pas de console de jeu dans la chambre.
  • Jusqu'à 9 ans : pas d'accès à Internet et pas de téléphone portable personnel. Un téléphone familial peut cependant être approprié.
  • Jusqu'à 12 ans : pas de réseaux sociaux et pas d'accès à Internet sans surveillance.
 
 
 

Conseils pour le quotidien

La méthode qui suit, qui comprend sept étapes, vise à vous aider à aborder régulièrement le thème des écrans avec vos enfants et à résoudre les éventuels problèmes. Une attitude ouverte, compréhensive et franche permet de créer une base de confiance.

 
 

Montrer de l’intérêt et discuter

  • Discutez avec votre enfant de ses centres d'intérêt et de ses habitudes (tchat, jeux, navigation, réseaux sociaux). Qu'aime-t-il faire en particulier ? Qu'est-ce qui lui plaît dans son jeu préféré ? A-t-il déjà fait de mauvaises expériences ?
  • Vous pensez peut-être qu'en tant qu'adulte, vous êtes censé en savoir plus que lui sur beaucoup de choses. Mais en matière de médias numériques, la situation peut être inversée. Laissez votre enfant endosser le rôle d'expert et montrez-lui ainsi que vous vous intéressez à ce qu'il fait. Cet intérêt constitue le fondement de toutes les autres étapes. Il sera fier de vous montrer ce qu'il sait.
  • Expliquez-lui aussi ce qui vous inquiète et pourquoi vous souhaitez savoir ce qu'il fait.
  • Encouragez votre enfant à vous parler de ses mauvaises rencontres virtuelles, des propos déplacés ou des contenus choquants rencontrés (violence, pornographie).
  • Définissez des règles et limites claires concernant l'accès aux médias numériques et la durée d'utilisation, en négociant ensemble en fonction de son âge. Votre enfant verra ainsi en vous un interlocuteur intéressé et compétent.
  • Expliquez-lui pourquoi les limites d'âge et les indications de contenu sont importantes, et faites-lui comprendre qu'elles doivent être respectées. → Jeux vidéo
  • Mettez-vous aussi d'accord sur la manière dont vous comptez en contrôler le respect. Pensez-y : surveiller en cachette ne crée pas la confiance.
 

Découvrir Internet ensemble et montrer l’exemple

  • Explorez avec votre enfant les possibilités et les opportunités qu'offrent les médias numériques : découvrez ce monde, amusez-vous et apprenez ensemble. Car des expériences positives communes peuvent constituer une bonne base pour échanger plus tard sur les expériences plus négatives.
  • Discutez avec votre enfant des manières dont il peut se protéger et soutenez-le → Sécurité et protection des données
  • Demandez-vous en permanence si vous montrez vous-même l'exemple. Cela ne veut évidemment pas dire que vous ne pouvez faire que ce que vous autorisez à vos enfants. Mais vous devez être conscient du fait que les enfants intègrent durablement les comportements de leurs parents.
 

Éviter les menaces et les punitions

  • Ne vous servez pas des médias comme une punition ou comme une récompense, ce serait leur donner encore plus d'importance.
  • Les menaces et les sanctions ont pour conséquence que les enfants ont tendance à cacher leurs problèmes et se ferment à la discussion. Au lieu de cela, ils doivent comprendre que vous essayez d'écouter leurs problèmes avec calme et attention.
  • L'absence de télévision, d'ordinateur et de console de jeu dans la chambre de l'enfant permet de s'assurer que la durée convenue d'utilisation des écrans est bien respectée.
  • Évitez également de tout interdire, car interdire à votre enfant d'utiliser un téléphone portable ou Internet, c'est le priver d'un apprentissage et d'une appartenance sociale essentiels pour l'avenir. Les médias font aujourd'hui partie du quotidien. Les enfants doivent apprendre à s'en servir de façon raisonnable.
 

Réagir en cas de doute

  • En règle générale, les parents « sentent » quand quelque chose ne tourne pas rond avec leur enfant. N'hésitez pas à réagir lorsque vous avez l'impression que votre enfant se comporte d'une manière différente ou étrange.
  • Quand vous sentez que votre enfant se conduit d'une manière inhabituelle, dites-le lui. Essayez de lui faire dire quelle peut en être la raison.
  • Faite-lui comprendre que cela vous préoccupe.
 

Faire preuve d’empathie

  • Lorsqu'un enfant parle d'un problème, il est tout d'abord important de l'écouter avec empathie. Les enfants ont besoin de quelqu'un qui les soutient, même s'ils ne se sont pas forcément bien comportés.
  • Si son comportement n'était pas adéquat, ne lui faites pas de reproches. Expliquez-lui pourquoi ses actes et ses attitudes n'étaient pas corrects, tout en soulignant que vous êtes là pour lui et pour l'aider à arranger la situation.
  • Lors de la discussion, essayez de proposer des interprétations différentes. On peut parfois voir les choses autrement et trouver ainsi une porte de sortie.
 

Trouver une solution ensemble

  • Veillez à toujours trouver des solutions avec votre enfant, ne prenez pas de décisions sans lui en parler. Il apprendra ainsi à rechercher lui-même des solutions à l'avenir.
  • Il est important de faire comprendre qu'il existe toujours une solution, en particulier pour les victimes de harcèlement, qui peuvent avoir l'impression que leur situation est sans issue. → Cyberharcèlement
 

Chercher de l’aide, trouver des personnes de confiance

  • De nombreux interlocuteurs sont à votre disposition. Il est important pour votre enfant de comprendre qu'il n'est pas seul et que, même si vous ne savez plus quoi faire, d'autres personnes peuvent l'aider.
  • En fonction de ce qu'il s'est passé, différents services doivent être impliqués : par exemple l'école pour du harcèlement psychologique ou une discrimination, ou la police pour du harcèlement sexuel.
  • En cas de doute, n'hésitez pas à vous adresser à un centre de conseil.
 
 
 
 

D’autres offres pour les parents et grands-parents