Checklist : Protéger ses données et sa réputation en ligne

Comment protéger ses données et sa réputation en ligne ? Consultez notre checklist développée avec Stéphane Koch, spécialiste de l’e-réputation et de la protection des données.

 
 
 

Newsletter Jeunes et médias

Restez informé des développements les plus récents en matière de promotion des compétences médiatiques en Suisse grâce à notre Newsletter.

 
 
 

Offres et conseils

Offres d’information, de formation et de conseil dans votre région.

 
 
 

Vie privée et protection des données

Nombre de personnes, dont des enfants et adolescents, livrent sur Internet leurs images ou données personnelles : sur les réseaux sociaux et les forums, en envoyant des courriels, en participant à des concours, à des enquêtes ou à des tchats. Quantité de données sont également collectées par les moteurs de recherche et les applications. Les images, vidéos et opinions publiées en ligne peuvent ensuite être rediffusées par d’autres. Des entreprises peuvent aussi se servir de données personnelles à des fins publicitaires et commerciales.

 

Le droit et les lois doivent nous protéger contre l’abus de données personnelles. Mais ils n’offrent pas une protection suffisante. Des photos compromettantes se retrouvant sur la Toile peuvent être largement diffusées avant que la justice n’ait le temps de réagir. Il est en outre pratiquement impossible de les faire retirer de toutes les plateformes et de s’assurer que personne ne les ait téléchargées. Une attitude responsable vis-à-vis de ses propres données sur Internet est donc indispensable.

 

Vous trouverez ici un aperçu des risques en la matière, des conseils pour se protéger et pour rester dans la légalité, ainsi que des ressources pour les enfants et adolescents, les parents et les enseignants. Pour encore plus de sécurité, consultez notre checklist « Protéger ses données et sa réputation en ligne ».

 
 
 

Risques en matière de protection des données

 
 
  • La présence sur des réseaux sociaux implique des formes d’autoreprésentation, qui peuvent se révéler problématiques pour les jeunes (consommation de drogues, opinion politique, orientation sexuelle).
  • De nombreuses applications enregistrent de façon invisible des données personnelles. Certaines font appel à la fonction de localisation (à dix mètres près !) des smartphones ou des tablettes (par ex. pour des planifications d’itinéraires ou des conseils de restaurants) et enregistrent ainsi les lieux de séjour et les profils de déplacement.
  • Des informations personnelles (lieu, historique des requêtes, cookies et même contenu des emails) sont également enregistrées et utilisées pour personnaliser les résultats des moteurs de recherche, réseaux sociaux et autres services en ligne.
  • Les données sont parfois stockées pendant de nombreuses années et peuvent être explorées par des moteurs de recherche. Le risque que des données mises en ligne imprudemment pendant la jeunesse ne puissent pratiquement plus être supprimées est important.
  • Les données sont de plus en plus souvent stockées dans le « nuage » (cloud). Les fournisseurs de services informatiques peuvent les rassembler et en tirer des profils de personnalité ou identifier des particuliers.
  • Les utilisateurs ont recours aux logiciels et au matériel informatique d’un petit nombre d’entreprises qui ont leur siège social aux USA. Celles-ci ont une conception particulière de la sphère privée et de la protection des données et ne sont pas soumises au droit suisse.
  • Un appareil photo et une caméra sont toujours à portée de main grâce au smartphone. Des images et des films enregistrés dans divers contextes peuvent être utilisés de façon abusive (voir sexting et cyberharcèlement).
  • La simplicité d’utilisation favorise un usage créatif des médias, le téléchargement et la création de contenus. Les enfants et adolescents ont tendance à transmettre des données personnelles et peuvent également violer le droit d’auteur par la fabrication et la publication de contenus.
  • Les téléchargements illégaux peuvent également enfreindre le droit d’auteur.
  • Largement utilisé depuis plusieurs années, le wifi est un moyen de surfer sans fil, mais pas sans risques.
  • Les smartphones, tablettes et ordinateurs portables contiennent quantité de données personnelles et peuvent facilement être perdus ou volés. 

 

Source: Rapport «Entwicklungs- und Nutzungstrends im Bereich der digitalen Medien und damit verbundene Herausforderungen für den Jugendmedienschutz» en allemand avec résumés en français, italien et anglais (PDF).

 
 
 
 

Réseaux sociaux

 
 

81 pourcent des jeunes protègent leur sphère privée sur les réseaux sociaux. Il est cependant conseillé de n’y publier que ce que l’on serait d’accord de voir rendu public. En effet, les réglages de confidentialité ont tendance à varier au cours du temps et nul n’est à l’abri de voir rendu public un contenu originellement destiné à un cercle d’amis restreint. Dans cette optique, la question de l’autoreprésentation des jeunes en ligne peut s’avérer problématique lorsque celle-ci touche à des sujets sensibles et par définition d’ordre privé : consommation de drogue, opinions politiques, orientation sexuelle, etc. Consultez nos conseils pour se protéger sur les réseaux sociaux et notre fiche informative concernant les photos de vacances sur les réseaux sociaux. De nombreuses ressources sont également disponibles sur la toile pour apprendre à gérer les réglages de confidentialité et de sécurité :

 

  • Infomag : Le guide complet pour se protéger sur les réseaux sociaux.
  • Soyez net sur le net ! Des astuces pour anticiper/résoudre les problèmes. 

 

Plus de recommandations aux utilisateurs.

 
 
 
 

Collecte de données

 
 

De nombreuses applications enregistrent en permanence la localisation de l’appareil. C’est pourquoi il est conseillé de désactiver par défaut l’option de localisation et de ne l’activer que momentanément lorsque l’on a en a besoin, par exemple pour déterminer sa position sur une carte ou bénéficier de suggestions sur les activités disponibles à proximité :

 

  • Sur iOS (Iphone et Ipad) :  Réglages > Confidentialité > Service de localisation
  • Sur Android (Samsung, Sony, Asus, etc.) : Paramètres > Services de localisation

 

 

Les navigateurs web pour ordinateur stockent également des informations personnelles telles que le lieu, l’historique des pages visitées ou encore celui des requêtes sur les moteurs de recherche. Pour protéger sa vie privée, il est recommandé d’utiliser un navigateur libre et un moteur de recherche ne stockant pas d’informations personnelles de ses utilisateurs. À défaut, il convient d’effacer régulièrement l’historique et les cookies de votre navigateur et de désactiver l’option qui permet aux sites web de consulter votre position géographique. Une brève recherche sur un moteur vous permettra de déterminer la procédure pour y parvenir sur votre navigateur. Exemple pour Internet Explorer :

 

 

 

Enfin, de nombreuses applications réclament l’accès à vos comptes Facebook, Twitter, Gmail ou autres afin de vous proposer des services. Apprenez à vérifier régulièrement les applications qui ont accès à vos différents comptes. De la même manière, Il est déconseillé de s'inscrire à des services web en utilisant ses comptes de réseaux sociaux car cela permet à ces derniers de récolter des données et de suivre vos activités.

 

Plus d’informations et conseils concernant l'utilisation des moteurs de recherche.

 
 
 
 

Bon sens

 
 

De manière générale, il convient d’éviter autant que faire se peut de donner des informations personnelles. Lors de l’inscription sur une plateforme internet, un réseau social ou autre, l’utilisateur averti ne renseignera que les rubriques obligatoires, signalées par un astérisque (*).

Gardez également à l’esprit que si un service vous est offert, c’est que le prestataire y trouve son compte, par exemple en exploitant vos données personnelles. Pensez-y au moment de souscrire à un service, chacun étant libre de déterminer dans quelle mesure il accepte de livrer ses données personnelles pour en bénéficier.

 
 
 
 

Stockage de données dans le nuage

 
 

De plus en plus de données sont stockées dans le « nuage » (cloud), c’est-à-dire sur des serveurs distants et non plus physiquement sur les appareils, garantissant aux utilisateurs un accès permanent à leur(s) musique, photos, documents ou emails depuis n’importe quel appareil connecté à internet. Or l’utilisation de tels services implique bien souvent pour l’utilisateur de renoncer à la propriété de ses données : le prestataire peut exploiter les données pour un usage publicitaire, n’est pas responsable en cas de perte et n’est pas tenu de garantir l’accès des utilisateurs à celles-ci.

 

La question de la confidentialité de ces données peut également être problématique. Gardez toujours à l’esprit que la plupart des fournisseurs de service sont américains et ne sont pas soumis au droit suisse. Veillez à toujours lire les conditions d’utilisation des services de stockage que vous utilisez et évitez d’y stocker des contenus sensibles.

 

Davantage sur l’informatique en nuage.

 
 
 
 

Protéger ses contenus privés

 
 

Pour protéger ses contenus privés et éviter les vols d’identité, il convient de sécuriser l’ensemble de ses appareils – téléphone portable, ordinateur, tablette – et des ses comptes en ligne – réseaux sociaux, boîte email, blog – avec des mots de passe sûrs. Le verrouillage à l’aide d’un mot de passe dissuadera la plupart des voleurs, dont la motivation première est de revendre le matériel dérobé, de tenter d’accéder aux données qu’il contient et aux comptes en ligne de son propriétaire.

 
 
 
 

Droit à l’image des tiers

 
 

S’il est important de protéger sa propre sphère privée en ligne, il convient également de respecter celles des autres, notamment pour rester dans la légalité.

 

En droit suisse, le droit à l’image est un droit de la personnalité, soit un droit absolu, protégé par l’article 28 du code civil. Si chacun est libre d’autoriser l’usage de son image, il peut également l’interdire et agir contre celui qui attenterait à son droit d’une manière illicite.

 

Il est ainsi interdit de publier sur la toile des photos d’un tiers sans son accord et celui-ci peut entamer une procédure judiciaire pour faire respecter son droit. Il convient ainsi tout particulièrement d’éviter de diffuser des photos de personnes dans des positions peu avantageuses ou des photos d’inconnus.

 

Plus grave pour les jeunes, la diffusion de contenus comprenant des images dénudées d’autres mineurs peut même être passible de sanctions pénales. Soyez particulièrement prudents !

 
 
 
 

Droit d’auteur

 
 

Les enfants et adolescents peuvent être amenés à enfreindre le droit d’auteur dans plusieurs types de situation, notamment :

 

  • Lorsqu’ils fabriquent et/ou publient sur la toile des contenus soumis au droit d’auteur, tels que des photos, des vidéos, de la musique ou même du texte. En effet, si une publication sur les médias sociaux contient une œuvre protégée par le droit d’auteur, cette protection continue de déployer ses effets, peu importe le mode de publication utilisé.
  • Lorsque, pour télécharger des films et de la musique, ils mettent eux-mêmes des fichiers à disposition des autres utilisateurs. À ce sujet, consultez nos recommandations pour le téléchargement de données.

 

 

 
 
 
 

Sites pour enfants et adolescents

 
 

 

 

 
 
 
 

Ressources pour les parents

 
 

 

 

 
 
 
 

Ressources pour les enseignants

 
 
 
 
Google+