Dénoncer la pornographie

Dénoncez les contenus médiatiques illégaux au Service de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet, ou SCOCI.

 

 

 
 
 

Voix sur la pornographie et le sexting

  • Nicolas (17 ans) raconte son expérience avec la pornographie sur Internet. Visionnez la vidéo (en allemand) réalisée par Elternet et la Prévention suisse de la criminalité.
  • Sur notre chaîne Youtube, vous trouverez une sélection de vidéos pouvant inciter à la réflexion ou servir de base de discussion.
 
 
 

La pornographie sur Internet et sur les mobiles

A mesure qu'ils grandissent, les enfants et les adolescents développent une curiosité naturelle pour tout ce qui a trait à la sexualité, à leur corps et au corps de l'autre. En cherchant à s'informer sur Internet, ils peuvent tomber sur des contenus pornographiques, même sans le vouloir et avant leur « première fois ». Il se peut également qu’ils se retrouvent eux-mêmes en conflit avec la loi par l'enregistrement de vidéos ou la prise de photos de leurs propres actes sexuels et la diffusion de celles-ci ( > Sexting).

 

Parler de ce thème avec les enfants et les adolescents, de façon adaptée à chaque âge, permet de comprendre leurs préoccupations et répondre à leurs questions. Ceci est également un moyen de favoriser un développement sexuel harmonieux, de les aider à avoir un regard critique sur la pornographie et à la différencier du sexe et de l’amour.

 
 
 

Que sait-on de la consommation de contenus pornographiques par les jeunes ?

 
 

L'étude EU-Kids Online (2013) a révélé que 21% des jeunes suisses entre 9 et 16 ans ont déjà vu des contenus à caractère sexuel sur Internet. Certains d’entre eux consultent ce type de contenus volontairement, pour assouvir leur curiosité par exemple. Mais des images ou des vidéos pornos peuvent aussi être vues par inadvertance, en raison de fenêtres de publicité «pop-up».

 

La pornographie se diffuse aussi par mobile. 42% des garçons et 32% des filles ont déjà reçu un film violent ou pornographique via leur mobile. 14% des garçons et 1% des filles ont déjà envoyé des contenus de ce type (étude JAMES 2014). Si des contenus à caractère érotique ou pornographiques sont créés par les jeunes eux-mêmes et envoyés à leurs camarades, on parle alors de sexting.

 

Selon une étude menée par un service zurichois spécialisé dans l'éducation sexuelle auprès de jeunes (Lust-und-Frust 2012), les garçons ont été deux fois plus nombreux à regarder des films ou des photos pornographiques (91%) que les filles (44%). Les garçons ont indiqué que cela leur donnait envie d'avoir des relations sexuelles et aussi parfois de se masturber, que cela avait éveillé leur curiosité ou tout simplement que c'était amusant. Les filles ayant regardé un film pornographique l'ont fait davantage par hasard ou après incitation par une autre personne. Les jeunes des deux sexes ont en revanche éprouvé du dégoût en visionnant des contenus de pornographie dure.

 
 
 
 

Quelles sont les conséquences possibles en cas de consommation de pornographie ?

 
 

Une consommation fréquente et régulière de contenus pornographiques sur Internet peut engendrer une conception faussée de la sexualité chez les jeunes. Chez les garçons, cela se traduit notamment par une pression à la performance sexuelle, pour les filles, par une contrainte à avoir un corps parfait et à toujours être disponible sur le plan sexuel.

 

Une enquête suisse réalisée auprès d'élèves de la 6e à la 9e année (Lust-und-Frust 2012) a montré que la pornographie engendre souvent, surtout chez les filles, des sentiments négatifs comme de la peur ou des doutes, tandis que les garçons la trouvent plus souvent excitante. Toutefois, deux adolescents interrogés sur trois pensent que les films pornos ne sont pas du tout représentatifs de la réalité.

 
 
 
 

En quoi l'éducation sexuelle est-elle importante ?

 
 

Des discussions ouvertes sur la pornographie, la sexualité et les rôles attribués aux deux sexes aident à adopter une approche critique à l'égard des images et des expériences faites lors de l'utilisation des médias. L'effet des médias se trouve en effet décuplé en cas d'absence de propres expériences, lorsqu'il n'est pas possible de dialoguer avec autrui ou lorsque sa propre opinion n'est pas clairement définie.

 

L'éducation sexuelle, tant à la maison qu’à l’école, doit être adaptée à chaque âge. En aidant les enfants et les jeunes à se conforter dans leur identité (sexuelle), leur bien-être physique et leur sexualité, ils apprennent à connaître leurs propres limites, mais également celles des autres. Un dialogue ouvert sur la sexualité favorise un développement sexuel harmonieux et l’adoption d’un comportement respectueux vis-à-vis de soi et d’autrui. L'éducation sexuelle contribue également à prévenir les agressions sexuelles.

 

Sur ciao.ch, 147.ch, ou encore comeva.ch, les adolescents trouvent une information de qualité qui réponde à leurs interrogations et préoccupations. Ces plateformes animent également des forums où les jeunes peuvent poser leurs questions de manière anonyme et bénéficient de réponses de spécialistes individualisées.

 
 
 
 

Comment protéger son enfant des contenus pornographiques ?

 
 
  • Selon l’étude EU-Kids Online (2013), 39% des parents ignorent que leurs enfants sont en contact avec ce type de contenus sur le Toile. Intéressez-vous aux activités de votre enfant sur la Toile et discutez avec lui de ce qu’il y vit.
  • Parlez avec votre enfant des contenus préjudiciables aux jeunes comme la pornographie. Même si vous avez pris les précautions techniques qui s'imposent (cf. Aspects techniques), votre enfant peut avoir accès à ce genre de contenu chez des copains.
  • Encouragez votre enfant à parler des contenus qui l'ont bouleversé avec vous, un enseignant ou un adulte en qui ils ont confiance.
  • En encourageant votre enfant à naviguer sur l’ordinateur ou sur son téléphone mobile dans une pièce commune, vous pourrez garder un œil sur les contenus consultés.
  • Les logiciels de protection de la jeunesse filtrent les pages Internet proposant des contenus pornographiques, mais n'offrent pas de sécurité absolue. Pour éviter l’apparition de pop up, il existe des logiciels de blocage de publicité.
  • Veillez à ce que votre enfant regarde des films et joue à des jeux adaptés à son âge. Veillez donc aux limites d'âge indiquées sur les DVD et les jeux.
  • Si vous trouvez de la pornographie ou des films violents sur l'ordinateur ou le mobile de votre enfant, cherchez le dialogue. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, suivez les conseils d'un service spécialisé.
 
 
 
 

Quel est le cadre légal autour de la pornographie ?

 
 

Toute personne donnant accès à de la pornographie à un enfant de moins de 16 ans est punissable. Les responsables de sites Internet suisses à contenu pornographique doivent impérativement (en vertu d'un arrêt du Tribunal fédéral) intégrer des solutions techniques permettant de contrôler l'âge des utilisateurs (adult checker). La plupart des pays étrangers, quand ils ont des prescriptions en la matière, se contentent d'exiger un simple avertissement.

 

Les jeunes de moins de 18 ans peuvent être également poursuivis pour création et/ou diffusion de (pédo)pornographie. Lorsque des mineurs se photographient nus ou se filment pendant la masturbation ou des actes sexuels, ils produisent de facto des contenus à caractère pédopornographiques. Que les contenus les mettent personnellement en scène ou d’autres mineurs, ceci est interdit et passible de sanctions pénales (> sexting). Cependant, n'est pas punissable le mineur âgé de 16 ans ou plus qui produit, possède ou consomme, avec le consentement d'un autre mineur âgé de 16 ans ou plus, des objets ou des représentations pornographiques (art. 197, al. 8 CP).

 

La pornographie dure -  impliquant notamment des enfants ou des animaux, ou des scènes de viol - est illégale en Suisse. Si vous tombez sur de la pornographie infantile, utilisez le formulaire en ligne du Service de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet SCOCI pour signaler tout site correspondant. En aucun cas vous ne devez télécharger de tels contenus ou réaliser des captures d'écran, vous vous rendriez coupable d'un délit.

 
 
 
 

Où trouver de l'aide ?

 
 

Pour les parents et les enseignants

  • En cas de harcèlement sexuel, demander de l’aide en appelant gratuitement le 147 (Pro Juventute) ou en se rendant sur ciao.ch ou telme.ch (tél. 021 324 24 15).
  • Pour obtenir des conseils en santé sexuelle, en toute confidentialité : centres de consultation/planning familial dans toute la Suisse.
  • Vous trouverez en outre dans notre base de données des offres de conseil dans votre région.

 

Pour les enfants et les jeunes

 
 
 
 

Documents utils pour parents et enseignants

 
 

Education sexuelle

  • Brochures gratuites de Santé Sexuelle Suisse à l'attention des jeunes et des professionnel-le-s : p. ex. Hé les miss !, Hé les gars ! – en coll. avec l’Aide suisse contre le SIDA et l’Office fédéral de la santé publique
  • crac-crac boom-boom – informations pour les jeunes sur les droits liés à la sexualité.
  • Artanes.ch – site de l'éducation sexuelle à l'école (Suisse latine)
  • « Education sexuelle durant la petite enfance et prévention des abus sexuels – brochure destinée aux parents et aux éducateurs d’enfants de 0 à 6 ans », éditée par la Fondation suisse pour la protection de l’enfant : Informations et commande

 

Prévention

 
 
Google+