Demander de l’aide en cas d’agression sexuelle

Les victimes d’agression sexuelle et leurs proches peuvent obtenir de l’aide auprès des services cantonaux d’aide aux victimes.

 
 
 
 
 
 
 

Agressions sexuelles sur Internet

Beaucoup de jeunes, tout comme les adultes, utilisent Internet pour trouver des amis qui partagent leurs intérêts ou des partenaires amoureux. Malheureusement, il existe aussi des personnes - majeures ou mineures - qui utilisent ce biais pour entrer en contact avec des enfants ou des jeunes dans un but d’agression sexuelle.

 

Gardez un œil sur les activités de votre enfant sur ses tchats et sur Internet, et expliquez-lui qu’il peut vous parler à tout moment s’il est victime de harcèlement sexuel.

 
 
 

Que sait-on sur les agressions sexuelles sur des enfants et des jeunes sur Internet ?

 
 

Selon l’étude suisse Optimus (2012), les agressions sexuelles sans contact physique sur des enfants et des jeunes sont souvent faites au moyen de médias numériques. Ces formes d’agression comprennent par exemple l’exhibitionnisme, le harcèlement (verbal ou par écrit), la confrontation à du matériel pornographique, ou encore des déclarations ou des actes choquants. Les filles sont plus souvent concernées que les garçons : pour les filles âgées de 15 à 17 ans, presque une sur trois a été victime de remarques désobligeantes, a reçu des photos ou des vidéos à caractère pornographique ou a été invitée à pratiquer des actes sexuels devant une webcam.

 

Cette même étude a en outre mis en évidence que les auteurs des abus sexuels sont souvent des adolescents ou des adolescentes, comme des partenaires amoureux et des flirts (dans 42% des cas), ou des camarades (dans 39% des cas).

 

Il est ressorti de l’étude EU-Kids Online (2013), que lorsque les jeunes sont confrontés à un contenu qu’ils trouvent désagréable, deux jeunes sur trois en parlent à leurs proches (surtout à des amis, et à leurs parents). Un sur quatre y réagit de manière active en l’effaçant ou en bloquant son interlocuteur. Cette étude intègre également les parents, et a mis en évidence que ces derniers ont tendance à mal évaluer l’utilisation de contenus à caractère sexuel par leurs enfants.

 
 
 
 

Qu’est-ce que le « grooming » ?

 
 

On parle de « cybergrooming » lorsqu’un adulte contacte un enfant sur Internet dans un but sexuel. Il faut faire preuve d’une grande prudence, car il est très facile pour les pédophiles d’entrer en contact anonymement avec des enfants et des adolescents sur les tchats, les forums et les réseaux sociaux. Ils se font généralement passer pour des adolescents. Au fil des conversations, ils tentent de déterminer, notamment en envoyant des photos, si leur interlocuteur serait prêt à se livrer à des actes sexuels et s’il serait possible de le rencontrer dans la « vie réelle ».

 

Si l’adulte se présente au rendez-vous fixé, il est passible de sanctions pénales pour tentative d’actes d’ordre sexuel avec des enfants (art. 187 en corrélation avec l’art. 22 CP). Les actes sexuels commis sur un enfant de moins de 16 ans sont également punissables, sauf si la différence d’âge entre les participants ne dépasse pas trois ans (art. 187 CP).

 
 
 
 

Quelles sont les règles pour une utilisation sécurisée des tchats ?

 
 

En règle générale, le tchat est plus sûr au sein des réseaux sociaux comme Facebook que sur les sites de tchat anonymes. Dans ces derniers, on assiste malheureusement fréquemment à des conversations d’ordre sexuel, environ la moitié des personnes tenant ce genre de propos étant âgées de moins de 18 ans. Les enfants doivent être incités à rester méfiants, à ne pas transmettre de données de contact personnelles ou de photos et à ne jamais chercher à rencontrer seuls une personne dont ils ont fait la connaissance en tchattant. Si une telle rencontre devait avoir lieu, il faudrait veiller à toujours l’organiser dans un lieu public et uniquement en présence d’un adulte.

 

Vous trouverez plus d'informations dans la rubrique Tchat de ce site, ainsi que des adresses de sites de tchat modérés pour les enfants.

 
 
 
 

En quoi l’éducation sexuelle est-elle importante ?

 
 

L'éducation sexuelle, tant à la maison qu’à l’école, devrait débuter aussi tôt que possible et de manière adaptée à chaque âge. En aidant les enfants et les jeunes à se conforter dans leur identité (sexuelle), leur bien-être physique et leur sexualité, ils apprennent à connaître leurs propres limites, mais également celles des autres. Un dialogue ouvert sur la sexualité favorise un développement sexuel harmonieux et l’adoption d’un comportement respectueux vis-à-vis d’eux-mêmes et d’autrui.

 

Sur ciao.ch, 147.ch, feel-ok.ch ou encore tschau.ch, les adolescents trouvent une information de qualité qui réponde à leurs interrogations et préoccupations. Ces plateformes animent également des forums où les jeunes peuvent poser leurs questions de manière anonyme et bénéficient de réponses individualisées données par des spécialistes.

 
 
 
 

Où trouver de l'aide ?

 
 

Pour les parents et les enseignants

  • En cas de harcèlement sexuel, demander de l’aide en appelant gratuitement le 147 (Pro Juventute) ou en se rendant sur ciao.ch ou telme.ch (tél. 021 324 24 15).
  • Pour obtenir des conseils en santé sexuelle, en toute confidentialité : centres de consultation/planning familial dans toute la Suisse.
  • Vous trouverez en outre dans notre base de données des offres de conseil dans votre région.

 

Pour les enfants et les jeunes

 
 
 
 

Documents utiles pour les parents et les enseignants

 
 

Education sexuelle

  • Brochures  gratuites de Santé Sexuelle Suisse à l'attention des jeunes et des professionnel-le-s : p. ex. Hé les miss !, Hé les gars ! – en coll. avec l’Aide suisse contre le SIDA et l’Office fédéral de la santé publique
  • crac-crac boom-boom – informations pour les jeunes sur les droits liés à la sexualité.
  • Artanes.ch – site de l'éducation sexuelle à l'école (Suisse latine)
  • « Education sexuelle durant la petite enfance et prévention des abus sexuels – brochure destinée aux parents et aux éducateurs d’enfants de 0 à 6 ans », éditée par la Fondation suisse pour la protection de l’enfant : Informations et commande

 

Prévention

 
 
Google+